Le jour où je suis devenue chauve

Non, je n’ai pas le cancer. Non, je ne mourrai pas. Non, je ne fais pas de chimio. Je vais bien. Je suis pétante de santé! Mais… Oui, il y a un « mais ».

Je vais bien, MAIS je fais de la pelade. Et c’est ça qui m’a forcée à prendre une grande décision : me raser le coco.

QUOI?! Anne-Lune! Tu as RASÉ TES CHEVEUX?!

Oui. Attends, je t’explique. Et si je me dévoile ainsi, en toute transparence, c’est parce que j’espère que la perte de cheveux ne soit plus un tabou et qu’on puisse plus facilement en parler. Puis, tu vas voir, l’histoire termine bien!

La pelade, quossé ça?

La pelade, c’est une maladie auto-immune. Pour faire une histoire courte, ça veut dire que mon système pense que mes cheveux sont un corps étranger et que, pour cette raison, il les rejette. Les cheveux tombent généralement par petites plaques, ici et là. Ça fait des petits ronds sans cheveux. On ne connaît pas encore l’origine ou la source de cette maladie. On sait toutefois que lorsqu’il y a quelqu’un qui fait de la pelade dans la famille, on a plus de risques d’en faire. Ce n’est pas nécessairement dû au stress non plus (même si, de mon côté, je ne suis pas la personne la plus zen en ville).

Pour les femmes, avec les cheveux longs ou mi-longs, ça se cache plutôt bien. On se sert du reste des cheveux pour cacher les trous. Jusque là, pas de quoi écrire une lettre de plainte officielle à notre système immunitaire! J’ai fait un épisode de pelade vers 5 ans, puis entre 9 et 11 ans, puis je n’ai eu aucun symptôme pendant une vingtaine d’années. J’ai toutefois recommencé à en avoir il y a environ sept ans (après la naissance de mon p’tit dernier). Depuis, c’est une lutte continuelle.

Au secours! Le feu est pris sur ma tête!

Au début de l’été, j’ai senti que je perdais davantage de cheveux. J’avais l’impression d’assister à un exercice d’évacuation de ma tête, mais sans que les cheveux reviennent faire leur boulot par la suite! Ça a été dur sur mon moral. J’en ai parlé avec ma médecin. On avait le choix de continuer le même traitement qu’avant (une lotion de cortisone à appliquer sur les plaques dénudées et un suivi chez le dermatologue) ou d’essayer autre chose.

Peu avant mon rendez-vous, une amie m’avait parlé d’une mousse de minoxidil qui fonctionnait à merveille sur sa tête. Bon, elle ne fait pas de pelade, mais à voir les bébés cheveux qu’elle avait, j’avais envie d’essayer! Ma médecin était d’accord. Je suis donc repartie de son bureau avec une prescription. Mon amie m’avait dit que ça pouvait prendre trois mois avant de faire effet.

J’ai été patiente. L’été a passé. Je perdais des cheveux. Encore des cheveux. Une poignée le matin. Une autre dans la douche. Une autre en sortant de la douche. Je laissais des cheveux partout dans la maison, même dans la nourriture que je cuisinais (au grand dam de ma famille). Je voyais mon toupet s’amincir. C’était rendu impossible de le coiffer. Puis, les plaques se sont agrandies. Si bien que, cette semaine, c’était rendu impossible de cacher les trous. J’avais l’air d’un papy qui essaie de cacher sa calvitie!

calvitie

Frapper le mur

Je me suis rendu compte que ma situation commençait à changer mes comportements. Dans les estrades, au hockey, je me plaçais tout en haut pour éviter que quelqu’un voie le dessus de ma tête. Je portais une casquette. Je n’allais plus faire faire le pipi du chien en avant de la maison, j’allais plutôt à l’arrière, pour ne pas que quelqu’un me voie la chevelure amincie. J’avais du mal à me regarder dans le miroir. Le simple fait de prendre une douche était devenu un cauchemar, car c’est en lavant mes cheveux, même tout en douceur, qu’ils tombaient par poignées… Jusqu’à remplir le petit filtre au fond de la douche. (Oui, je le vidais chaque fois, n’ayez crainte!)

J’ai tenté d’obtenir un rendez-vous avec ma dermatologue, mais c’était impossible d’avoir une consultation rapidement. Et encore là, même si cela avait été possible, le traitement n’est pas magique! Quand je vais la voir, elle me fait des injections de cortisone dans le cuir chevelu, mais ça prend des semaines avant de voir des cheveux pousser… Il me fallait donc faire quelque chose rapidement pour retrouver un peu de dignité, de fierté, d’estime de moi-même. J’avais atteint le point de rupture.

Réfléchir en courant

Lors de mes sorties de course à pied, je réfléchissais. Il faut dire qu’elles sont longues, ces sorties! Je suis en plein cœur de mon entraînement en vue du Marathon de Niagara Falls… Alors, je courais. Longtemps. Le hamster qui se trouve dans ma tête courait aussi! Qu’allais-je faire? J’ai pensé acheter une perruque naturelle, pour pouvoir continuer à travailler sans que rien paraisse. (Pour ceux qui ne le savent pas, je suis chanteuse et comédienne… C’est un métier où l’image et le casting sont extrêmement importants.) J’aurais pu faire semblant que rien n’avait changé, tricher un peu. Ça n’aurait peut-être pas guéri mon cœur fragile, mais j’aurais pu jouer la comédie, justement, et continuer ma petite vie.

Or, je ne suis pas comme ça. Je suis transparente. Je n’aime pas mentir aux autres ni à moi-même. Je me suis dit: « C’est ça. Tu prônes le bien-être, la santé physique et mentale. Tu veux lancer le message aux enfants qu’ils sont uniques, différents, et que c’est bien ainsi. Tu veux qu’ils soient bien dans leur peau, et la première chose à laquelle tu penses en voyant ta tête décimée, c’est de la cacher! La cacher pour ne pas choquer. Pour ne pas bouleverser. Pour ne pas que les gens posent de questions. Ça ne fonctionne pas, ton affaire, Anne-Lune! »

Vivre l’expérience à fond

C’est alors que j’ai décidé de me raser la tête. Je me suis dit que ce serait plus simple à gérer : moins de difficulté à appliquer la lotion, moins de cheveux qui traînent partout, moins de traumatisme à chaque douche. De toute façon, il n’y avait pas dix millions de solutions rapides.

Bon. Dans un monde idéal, j’aurais fait une collecte de fonds pour faire le Défi Têtes rasées de Leucan. Or, le monde, il n’est clairement pas idéal ces jours-ci. N’oubliez pas : il y a le feu sur ma tête. Il faut faire quelque chose!

Peut-être que vous vous demandez pourquoi j’ai pris la décision de me montrer le crâne dénudé. Je vais vous dire franchement… Au départ, c’était parce que je savais que j’allais vouloir courir et que… ben… courir avec une perruque… euh… Ça ne me tente vraiment pas! J’ai essayé de m’imaginer en train de laver ma perruque en vitesse, au retour de mes entraînements, puis de tout sécher et replacer… Misère ! C’est bien trop compliqué ! Puis, je savais qu’on finirait par voir mon crâne nu à un moment donné. Ça ne me tentait pas de stresser avec les coups de vent (il me semble de voir la perruque voler avec les feuilles mortes, lors d’une journée de grandes bourrasques automnales!), perdre ma perruque en me penchant, ainsi me faire démasquer et mourir de honte…! Aussi bien passer le bout « rough » tout de suite!

Le bout « rough », je suis en plein dedans. Mon chum m’a aidée à raser ma tête lundi. Il faut dire que c’est un habitué; il a lui même le coco tout nu! Il l’a fait avec beaucoup de tendresse et d’amour, pour que j’aille mieux. J’ai pleuré. Un crâne de pelade, ce n’est pas un beau kiwi tout doux de quelqu’un qui fait le Défi Têtes rasées. C’est marbré. C’est tout croche. C’est inégal. Exactement comme l’état de mon cœur à ce moment précis.

On a rasé le tout à la peau.

La réaction des enfants

Quand mes enfants m’ont vue sortir de la salle de bain, ils ont été vraiment surpris. J’ai vu les larmes monter aux yeux de mon plus jeune.

– Maman, je t’aimais mieux avec tes cheveux!

– Je sais, mon amour. Moi aussi, je m’aimais plus avec des cheveux. Mais là, mes cheveux ne voulaient plus rester sur ma tête. Ils étaient tous en train de tomber. C’est normal que tu trouves ça bizarre. On va s’habituer. Je n’ai pas le cancer. Je ne mourrai pas. Ça va repousser.

Partir décanter au chalet

Malgré l’expérience traumatisante, les photos avant, pendant et après le rasage, le timing était plutôt bien choisi. J’avais loué un chalet pour aller me ressourcer et écrire pendant deux jours. Je n’ai jamais fait ça auparavant. Je dois vraiment être rendue une grande fille…!

J’ai eu deux jours pour écrire (mon but: écrire de nouveaux textes pour mon prochain album pour enfants!), mais aussi pour faire la paix avec ma nouvelle image. L’image d’une fille qui a décidé de faire un pied de nez à la pelade, qui va s’amuser à trouver de jolis foulards et bijoux pour féminiser son look. Qui va devoir expliquer et se justifier, aussi.

Faire face à mes peurs

Vous avez, au bout du clavier, une fille qui a « la chienne ». (Excusez l’expression, mais c’est vraiment ça!) Une fille qui se prépare à répondre aux mille et une questions. Qui va devoir assumer sa nouvelle image et « dealer » avec le regard des autres. Une fille qui a peur de les entendre chuchoter dans son dos:

Penses-tu qu’elle a le cancer?

Ou encore…

Elle n’aurait pas dû raser ses cheveux! C’est laid, une fille rasée!

J’ai peur que mes enfants se fassent narguer, à l’école. J’ai peur qu’on m’aime moins. J’ai peur de ne plus travailler autant. (Pourtant, je compte acheter une perruque pour garder un look plus « commun », pour mes tournages et auditions.) Oui, je suis morte de peur! Mais je me dis que les gens qui ont le cancer doivent vivre avec des peurs bien plus grandes. On ne meurt pas de la pelade. Mes cheveux vont repousser! Alors qu’on peut mourir du cancer. Je suis donc des plus solidaires avec eux, je tente de trouver la force en moi pour monter aux barricades!

Attention: montée de lait!

Ce que les gens diront dans mon dos, ça leur appartient. S’ils veulent la vérité, ils viendront me poser des questions ou ils viendront me lire ici! J’ai envie que les gens sachent ce que c’est, la pelade. Oui, ça peut te désorganiser une estime de soi. Oui, ça peut conduire à la dépression. Oui, c’est dur! On DOIT en parler.

On vit tous des bouts difficiles, à un moment ou un autre de notre vie. La vie, ce n’est pas juste de beaux petits statuts Facebook «c’est-donc-beau-c’est-donc-bon-j’suis-donc-chanceux ». Cessons de jouer les autruches. On a parfois les pieds dans la merde. On se demande comment on va nettoyer tout ça. On a parfois l’impression que c’est notre vie elle-même qui participe à un exercice de feu… Comme si on était dans ce manège en forme de soucoupe volante, dans les expos agricoles, et où tout « spinne » tellement vite qu’on reste là, complètement figé, collé au mur.

Puis, on se ressaisit. On prend des décisions pour améliorer notre sort. On va chercher de l’aide. On pleure. On ose demander l’appui de nos proches. On vit l’expérience à fond pour apprendre quelque chose de tout ça. On se montre, pas nécessairement sous notre meilleur jour, mais en toute honnêteté. Pourquoi? Pour montrer aux autres que, s’ils vivent des moments plus difficiles, ils ne sont pas seuls.

Je ne suis pas «une chevelure ». Je ne suis pas une moins bonne chanteuse, comédienne, mère, blonde, femme ou amie parce que je n’ai plus de cheveux. Au contraire, je pense que mon coeur va devenir encore plus grand. Il pourra davantage accepter la différence, aimer inconditionnellement. Il pourra mieux comprendre la souffrance des autres.

Avoir les cheveux rasés m’offre aussi la possibilité de porter toutes sortes de perruques et de styles… Je suis allée voir une spécialiste à la Clinique capillaire Cartier, à St-Hyacinthe. Marie-France a été un ange! Elle m’a fait essayer plusieurs perruques avant que je puisse faire mon choix. Mon chum a pris des photos. Nous avons eu bien du plaisir! Je suis sortie de la boutique tellement de bonne humeur! Elle offre un super service après-vente, en plus. C’est rassurant.

J’ai réalisé que je peux correspondre à bien des castings, finalement! Lequel des looks préférez-vous? 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En terminant, si vous voyez une femme avec un crâne rasé, dites-lui qu’elle est belle, tout simplement. Je vous assure… Ce sont les mots les plus doux que l’on puisse entendre.

P.S. N’oubliez pas que dans quelques mois, je vais retrouver mes vrais cheveux! Tout ça est TEMPORAIRE! 😉

N.B. Vous pouvez lire la suite de ce billet par ici: La dame au coco tout nu : la suite!

Photographies : Jean-François Munger
Illustration : Anne-Lune

 

36 réflexions sur “Le jour où je suis devenue chauve

  1. Wow quel beau témoignage !!! L’important c’est que tu apprenne à t’apprécier comme tu es. Et pour tes minis fans, dis toi que les enfants s’adaptent bien et que Anne-Lune, c’est Anne-Lune et que tout ça n’enlève rien à l’artiste que tu es ! Ils vont continuer à Chanter tes chansons à tue-tête, même si tu changeais de perruque entre chaque chanson (on a peut être une piste pour un prochain spectacle !!) . Un spectacle sur les différences ??!!!

    Bref, très touchant et je suis sûre que bcp de femmes vont se reconnaître et seront encouragées par ton message plein d’espoir. Et puis pour la course, t’en fait pas, tu es MV après tout non?!

    Xxx

    J'aime

    • Merci beaucoup, Mélanie! C’est pour ça que je tenais à en parler! Pour démystifier et qu’enfin, les femmes qui souffrent de perte de cheveux puissent retrouver confiance en elles et sentir qu’elles ne sont pas seules! Et oui, une MV, ça garde courage malgré les tempêtes! 😉

      J'aime

  2. Tu m’as touchée ce matin, je te trouve courageuse et tu fais bien de faire face de cette façon n’oublie pas que des cheveux ça repousse et que tu n’es pas malade. Regarde devant et ne te souci pas de çe que les gens peuvent penser croit en çe que tu es et çe que tu apportes aux gens de ton entourage c’est le secret et prends soin de toi et ta famille fait le avec ton cœur c’est ta priorité maintenant les gens qui t’aiment comprendront. Bonne journee et surtout lâché pas ❤️❤️❤️❤️

    J'aime

  3. Tu es magnifique , très beau texte. Et je n’arrive pas à choisir un look tellement ils te vont tous bien! J’espère que tout se replacera rapidement ☺️

    J'aime

  4. Wow! Un texte magnifique!
    Je suis maman d une jeune fille de 12 ans atteint de pelade universelle depuis janvier 2015. C est une guerrière…rien de moins…elle va a l ecole sans prothèse ni chapeau…elle y va avec son beau crâne…elle est belle! Bref je veux juste te dire que les regards bientôt, tu ne les remarqueras meme plus et les questions et bien elles ne te derangeront plus tu verras…Continue de t epanouir dans ta nouvelle beauté…there’s no exquisite beauty without some strangeness…bald is beautiful 😉

    J'aime

  5. Je ne te connaissais pas mais quelqu’un à partagé ton texte sur Facebook. J’imagine que ce n’est pas une situation facile… Mais tu as tellement un beau sourire que les cheveux c’est secondaire!!

    J'aime

  6. La pelade. Oui, il me semble que qu tu en as déjà parlé à plusieurs reprises mais je n’avais pas tilté. Peut-être parce que je pensais que c’était une expression québécoise pour dire eczéma du cuir chevelu. Du coup, je te remercie pour ce billet explicatif et plus encore pour ce très beau témoignage.
    Sinon bien sûr que tu n’es pas qu’une chevelure 😉

    J'aime

  7. Quel beau témoignage, Anne-Lise! En plus, il est beau, ton coco, tout comme toi! Ma perruque préférée est la rouge! 🙂 Rock on! Tu es inspirante.

    J'aime

  8. Merci beaucoup de partager ton témoignage. Je peux très bien comprendre ce que tu ressens. J’ai également la pelade, encore pire depuis la naissance de ma plus jeune. Mes cheveux ne veulent plus pousser, je dois porter une perruque tous les jours et je trouve ça compliqué.Tu as très bien expliqué comment on peut se sentir. Ce n’est pas une maladie grave physiquement, on va pas en mourir mais c’est un coup dur sur le moral. Il faut apprendre à bien vivre avec ça surtout quand tu as des enfants et que le message que tu veux faire passer est de s’accepter et s’aimer comme on est. Merci tes paroles font du bien 🙂 et tu es belle!!
    p.s je suis aussi comédienne et maman et c’est difficile en audition.

    J'aime

  9. Anne-Lune, tu es magnifique!!! Ta tête est très belle, tu as une belle forme ronde! Ton texte est très touchant parce que tu te laisses être vulnérable. Tu choisis de nous montrer une partie de toi et franchement c’est super! Tu sais, j’avais lu quelque part qu’en posant une action on permet autres de faire de même. Alors, c’est ce que tu me fais! Avec ou sans cheveux… tu es très belle! Et ça donne un autre genre! 😉 C’est bon aussi pour le casting. Y a pas beaucoup de filles la tête rasée! Propage ta rareté! 😉

    J'aime

  10. Ping : Coco tout nu : la suite!

  11. Ouf! Quel histoire Anne Lise, jamais j’avais entendu parlé de cette maladie de pelade, mais je te trouve super courageuse…Quel beau témoignage, ta grande beauté intérieur vas t’aider a t’en sortir..Après tout ce n’est qu’une question de temps….Je suis de tout coeur avec toi…

    J'aime

  12. souvent je te rencontre quand tu cours et j’avais remarquer que tu n’avais plus de cheveux et avais penser( à non pas une autre qui a le cancer) je suis rassurer de lire ça car tu es tellement jolie et lumineuse même sans cheveux et pour tes enfants une maman sans cheveux est beaucoup moins pire que pas de maman et à propos des photos tu es toujours très jolie même sans cheveux donc je t’encourage à ne pas t’en faire avec ça

    J'aime

  13. Wow! Tu m’as tiré des larmes! Tu es très courageuse! J’aime bien les photos où tes cheveux sont mi-longs avec une camisole verte et celle où tu as les cheveux longs.

    J'aime

  14. Bravo à toi, mon fils de 18 ans souffre de pelade universelle plus de cheveux plus de poil et ce depuis 2 ans. On doit constamment expliquer qu’il n’est pas malade… et vivre avec le regard de pitié des gens qui pensent qu’il a la cancer. Nous l’encourageons à s’assumer et à sortir le coco nu 🙂 et nous sommes très fier de lui. Il est beau comme un cœur!!! Il faut que plus de gens fassent connaitre cette maladie, je te remercie de faire ce grand pas xx

    J'aime

    • Merci pour le partage! Je pense que lorsqu’on assume notre coco, , notre confiance revient et cela nous rend beau! C’est l’étincelle dans nos yeux et notre sourire qui prend le dessus! 🙂 Dites à votre garçon que nous avons maintenant de beaux hashtags: #teamcoco et #baldisbeautiful!

      J'aime

  15. Félicitation très beau texte tu à une très belle main d’écriture, tu est très courageuse et forte les histoire tabous je connais ça j’ai pas le même problème que toi mais le mien me tue à tout les jours surtout le regarde des autres et le mépris je t’encourage à foncée comme tu le fait tu est une très belle femme chapeau haut la main.

    J'aime

  16. Ping : Et si on passait nos souvenirs dans Photoshop?

  17. Je suis très touchée, j’ai lu et j’ai pleuré.
    Je suis une maman de 32 ans avec 3 enfants et une pelade. Je pense à me raser, un jour peu être que je franchirais le pas.

    J'aime

  18. Ping : Lancement de la vidéo promo de mon nouveau spectacle!

  19. Bonjour, merci pour ce beau texte qui rassure notre petite Camille de 4 ans. Elle souhaitait vous envoyer les belles pensées positives que voilà : « Je suis très heureuse que tu ne sois pas gravement malade parce que je t’aime beaucoup. Je souhaite que tu guérisses bien ». Merci d’apporter cette joie de vivre à nos enfants. Bon courage !

    J'aime

  20. Ping : Regarder derrière pour mieux aller devant – anne-lune

  21. Très beau témoignage, émouvant, exactement ce dont j’avais besoin, à 31 ans, je souffre de pelades depuis que j’ai environ 5 ans, j’ai passé mon enfance à me faire injecter de la cortisone dans le cuir chevelu, ça finissait toujours par repousser mais depuis la naissance de mon fils, c’est terrible, je ne sais plus du tout cacher les trous, c’est moche, j’en ai marre, aucun traitement ne fonctionne plus sur moi depuis des années, j’ai pensé à la perruque mais comme toi ça ne me ressemble pas de me cacher, j’ai envie d’être vraie, et puis c’est si cher… Je pense de plus en plus à me raser… En tout cas bravo d’assumer, et de montrer qu’une femme ne se résume pas à sa coiffure. Merci.

    J'aime

    • Je comprends ton désarroi, Mathilde. Je suis moi-même désemparée à la vue de mes cheveux qui prennent plus de temps à pousser que ce que j’aurais espéré. Raser les cheveux ne règle pas tout. C’est une solution qui, toutefois, nous permet de mieux endurer les perruques. Il y a aussi des volumisateurs (je ne sais pas si le terme est bon). Ce sont des cheveux qu’on ajoute à la chevelure déjà existante. Peut-être peux-tu aller visiter une clinique capillaire pour avoir leur avis? Courage. Tu n’es pas seule!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s