Un matin comme les autres

Novembre. Le cadran sonne. Je suis au chaud dans mes draps. Il fait noir dans la chambre et je n’ai pas envie de me lever. Je fais comme si je n’avais pas entendu le cadran. Je pourrais peut-être mettre les deux mains sur mes oreilles et chanter « na-na-na-na » comme un enfant qui ne veut pas entendre ce que son parent dit? Ma conscience « adulte » me ramène à l’ordre: « Eh! T’es une maman et c’est l’heure de te lever! »

Je sors du lit et enfile mes pantoufles. Ah! Mes pantoufles… Il y en a une à laquelle il manque un bouton sur le côté et les semelles sont déchirées. C’est d’un chic! Mais elles sont si confortables!

IMG_8451.JPG

À ma sortie de la chambre, les enfants sont déjà en train de se faire à déjeuner. Ils grandissent à vue d’oeil! Ça bouge dans la cuisine. Si mes enfants mettaient leur bol de céréales sur la tête, ma cuisine aurait des airs de vraie fourmilière!

À travers le son du téléviseur du salon et de celui de la cuisine, celui du grelot de porte retentit. (C’est qu’on a eu la « bonne » idée de montrer à notre chienne à sonner le grelot accroché à la poignée de la porte, lorsqu’elle veut sortir faire ses besoins.) Une belle cacophonie que tout cela!

Puis, s’en suit le ballet des boîtes à lunch. Une, deux, trois! Un repas, parfois chaud, parfois froid, des collations, un breuvage… Oups! On est dus pour faire l’épicerie et on arrive au fond des boîtes. On se débrouille avec les moyens du bord, mais on est chanceux: nos enfants ont de quoi manger. Malgré le tintamarre matinal, la pensée que ce ne sont pas tous les enfants qui mangent à leur faim effleure mon esprit. Pincement au cœur.

Je m’assois à l’îlot pour déjeuner et boire un bon café latte. Ah, le café! J’aime tellement ça! C’est un petit bonheur dont je saurais difficilement me passer. C’est réconfortant, ça réveille en douceur et c’est bon! IMG_0694.JPG

J’écoute les nouvelles et j’entends les enfants se brosser les dents. Zzzzzzzz! Je reconnais le son de la brosse de mon fils qui a la brosse à dents électrique. Brsh, brsh, brsh pour les autres. Parfois, il faut insister un peu plus pour qu’ils décrochent de leurs youtubers préférés et poursuivent leur routine. D’autres fois, il faut séparer deux petits marabouts qui se bousculent dans la salle de bain parce qu’ils veulent utiliser le lavabo en même temps. Eh oui! Ça arrive chez nous aussi!

À l’occasion, en déjeunant, j’ai des examens ou des coupons réponse à signer. « Comment se fait-il que tu ne m’aies pas montré ça hier soir?! » Je soupire et m’exécute.

Puis, hop! C’est le temps de s’habiller pour partir! Un nouveau branle-bas de combat commence. On manque de place dans l’entrée, on essaie de faire son chemin pour se rendre jusqu’à notre manteau. L’amie de ma fille arrive. S’il ne pleut pas trop, je mets le harnais du chien et sa laisse. Je m’habille à mon tour. « J’trouve pas mes gants! » « Y é où mon manteau? » On cherche, pressés, les morceaux égarés. Des fois, ils partent avec des vêtements un peu dépareillés. Je dois dire qu’à l’automne, c’est pire que pire! Mais bon, je me dis qu’on n’est pas dans une pub de magasin de linge et qu’on ne mourra pas d’être habillés de façon… hum… colorée! 😉

bd-vetements-trop-petits

On marche vers l’arrêt d’autobus. Ma chienne tire sur sa laisse, tel un chien de traîneau dans le bois. Elle est tellement contente de sortir! Elle adore cette partie de la routine!

On passe le coin de rue, on salue la brigadière, qui retarde parfois un peu les autobus pour nous faire passer. Merci, Jocelyne! Ouf! On arrive à temps! On se fait la bise. Les enfants quittent et moi, je continue mon chemin avec ma petite boule de poil de 3 livres qui se prend pour un husky.

On passe devant l’ancienne école de mes enfants. Je salue les gens que je connais. Je vois de beaux sourires. Il arrive que j’arrête pour jaser avec une copine. On se donne des nouvelles, avant de continuer notre chemin. Dans la grisaille, des parents débarquent leurs enfants de la voiture, les embrassent, leur souhaitent une bonne journée. C’est beau à voir. Des fois, j’entends la voix d’un enfant me dire « Salut Anne-Lune! » Ça a l’effet d’un rayon de soleil qui perce les nuages et ça réchauffe mon cœur!

Au fil des mètres que je parcours,  le son change. La circulation se fait moins dense. Je retourne à mon quartier. Le bruit ambiant amorce un decrescendo. J’entends maintenant mes pas et ceux de ma chienne Soya. Tic, tic, tic, tic. (Il faut que je coupe ses griffes!) Je respire l’air frais. L’espace se fait, dans ma tête. Je savoure ma chance de pouvoir prendre ce moment, le matin, quand tout le monde part au travail. La vie de travailleur autonome est certes instable et imprévisible, mais elle comporte tout de même quelques avantages intéressants! C’est à ce moment que l’idée d’écrire ce texte me vient.

Je planifie ma journée, tout en marchant. Si quelques minutes plus tôt, j’avais envie de retourner me cacher sous mes draps, j’ai maintenant hâte de me mettre au travail. Je reviens à la maison avec l’embarras du choix. Par quoi vais-je commencer? Une séance d’entraînement? De la création? De la comptabilité? De l’écriture? De la gestion de réseaux sociaux ou de site Web? « Il y a tant à faire« , comme le chanterait Daniel Bélanger! Je n’ai pas le temps de m’ennuyer!

De retour à la maison, ma chienne Soya va se coucher sur son coussin et moi, je me mets à la tâche. Ce matin, c’était de vous écrire! 🙂

C’est un matin comme les autres, un matin de notre routine. Une chose est sûre, le matin est le premier coup de crayon du dessin de notre journée. Et vous, qu’avez-vous dessiné, ce matin?

Créer le calme

La neige qui tombait tout doucement, aujourd’hui, m’a donné envie d’un dimanche calme, loin de toute pression. J’ai sorti mes pinceaux, mon cahier, ma peinture et je me suis assise à la table, avec une petite musique d’ambiance. Mes enfants, qui jouaient aux jeux vidéo, sont tous venus voir ce que je faisais. Puis, j’ai entendu trois « Moi aussi! »

Je leur ai fait une place à la table et nous avons pris plaisir à créer ensemble.

– Qu’est-ce que tu dessines, Maman?

– Je ne sais pas. J’y vais selon l’inspiration.

– Tu te laisses aller, comme grand-maman?

J’ai éclaté de rire. « Oui, exactement comme grand-maman! »

Ma mère suit des cours de peinture et s’épanouit de semaine en semaine. C’est tellement beau de la voir!

Alors, mes enfants et moi nous sommes laissés aller, comment grand-maman! C’était un très beau moment!

Voici mon œuvre!

View this post on Instagram

La neige qui tombait tout doucement, aujourd’hui, m’a donné envie d’un dimanche calme, loin de toute pression. J’ai sorti mes pinceaux, mon cahier, ma peinture et je me suis assise à la table, avec une petite musique d’ambiance. Mes enfants, qui jouaient aux jeux vidéo, sont tous venus voir ce que je faisais. Puis, j’ai entendu trois « Moi aussi! » Je leur ai fait une place à la table et nous avons pris plaisir à créer ensemble. « Qu’est-ce que tu dessines, Maman? » « Je ne sais pas. J’y vais selon l’inspiration. » « Tu te laisses aller, comme grand-maman? » J’ai éclaté de rire. « Oui, exactement comme grand-maman! » Ma mère suit des cours de peinture et s’épanouit de semaine en semaine. C’est tellement beau de la voir… Alors, mes enfants et moi nous sommes laissés aller, comment grand-maman! C’était un très beau moment! Voici ma création! #muses #mcommemuses #créerlemeilleurdesoi #inspiration #art #peinture #painting

A post shared by Anne-Lune (@anneluneofficiel) on

Il faut dire que nous avons aussi été inspirées par le magnifique livre Créer le meilleur de soi, de ma copine blogueuse Manon Lavoie. Si vous voulez créer le calme dans votre vie, c’est LE livre à lire! C’est de toute beauté et sans aucun doute la lecture la plus inspirante que j’ai faite depuis des années! Depuis que je déguste (c’est vraiment le mot!) les pages de ce bouquin, j’ai remis les crayons et les cahiers au centre de ma vie. Ça fait tant de bien à la girouette que je suis! Vous voulez en savoir plus? Allez voir le site de l’auteure: M comme muses.

Je vous souhaite d’oser prendre le temps de vous recentrer et vous détendre! Bon dimanche, les amis lunatiques!

IMG_4171

Quand une anecdote donne naissance à une pub

J’ai envie de vous raconter une tranche de vie. Dans la vie, je suis chanteuse (de formation), mais la vie m’a amenée à travailler également comme comédienne sur scène et au petit écran. En février dernier, j’ai vu passer un casting ouvert aux comédiens clients de la compagnie Rogers. Nous devions tout d’abord écrire à la directrice de casting pour lui raconter une anecdote s’étant passée avec notre téléphone. J’ai décidé de me lancer.

J’en ai raconté deux. Dans l’une d’entre elles, je racontais que j’étais artiste pour enfants, que je voyageais beaucoup et que mes enfants et moi nous servions beaucoup de FaceTime, pour communiquer. J’ai donc toujours mon téléphone avec moi, quand je suis sur la route. À tout moment, mes enfants apparaissent sur mon écran pour me raconter leur journée, me poser des questions (où sont mes bas de soccer, Maman?) ou me demander des bisous à distance. Cette histoire a touchée l’équipe de casting, qui m’a ensuite proposé de faire une vidéo d’audition. Je devais raconter mon histoire devant la caméra.

Je me suis préparée rapidement; je n’avais pas beaucoup de temps pour réaliser le tout. J’ai même demandé la collaboration de mes enfants, à leur arrivée de l’école. Puis, j’ai envoyé la vidéo, sans trop réfléchir.

L’équipe a aimé. La directrice de casting a proposé ma candidature à l’agence de pub, puis l’agence de pub a proposé ma vidéo à la compagnie Rogers.

Les jours ont passé. J’ai eu des meetings téléphoniques avec le réalisateur de Vancouver, le producteur de Toronto et l’équipe de création de Montréal. Je devais leur donner de la matière pour créer une pub qui allait nous ressembler et plaire à l’équipe de Rogers. « Est-ce que tes enfants font de la musique? Du sport? Que faites-vous quand vous êtes ensemble? » (Ici, je traduis, mais les appels-conférence étaient faits en anglais! Ouf! De quoi me dérouiller!) Quand ils ont su que deux de mes enfants allaient participer à un concours, Primaire en spectacle, et que nous aimions jouer de la musique, à la maison, ils ont décidé de prendre cette voie pour la création du scénario.

Finalement, le processus a suivi son cours et un mois et demi plus tard, nous tournions la publicité en question. C’est rare, des délais sont aussi longs, dans le monde de la pub.

L’équipe a travaillé de façon hyper-méticuleuse. Nous avons fait un essayage de costume à domicile; du jamais vu. Nous avons même reçu la visite du réalisateur de Vancouver et du producteur de Toronto à la maison. Ils voulaient rencontrer mes enfants pour qu’ils se sentent à l’aise, lors des jours de tournage. Je n’en revenais pas!

Nous avons été présents sur le plateau deux jours. Mes enfants (jumeau-jumelle de 10 ans) ont été extrêmement professionnels et patients. J’étais si fière d’eux!

Par la suite, je suis allée enregistrer la voix hors-champ en studio. J’ai eu le bonheur de faire ma voix en français, puis en anglais (même si j’ai un accent). Après tout, c’est la publicité qui représente le Québec! 😉

La publicité a été tournée avec un souci du détail, tant du côté « image » que du côté « émotion ». Le réalisateur voulait du « vrai ». Ce fut si agréable de travailler avec cet artiste talentueux et passionné! Mes enfants ne parlaient que de lui! Merci, Shaun!

Je tiens également à remercier Rogers, Tsu11Publicis Montréal, Casting Quarters, mon agente Lucie Charland, Daphnée Férole, de l’Agence Brigitte Rivet, ainsi que tous ceux qui ont participé à ce projet. Merci du fond du coeur pour votre confiance. Depuis que la publicité est en ondes, nous nous en faisons parler à tous les jours!

Tourner une publicité inspirée d’une anecdote de notre propre vie, ça n’arrive pas tous les jours! Ce fut une expérience des plus enrichissantes, pour mes enfants et moi. Cela restera assurément dans nos souvenirs de famille!

En terminant, voici la FAMEUSE publicité! (Version anglaise.)

(Je ne l’ai pas trouvée en français, en ligne, encore. Ça viendra sûrement! En attendant, je vous mets une captation faite avec un cellulaire, quand elle passe à la télévision!)

Et des photos souvenir…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai volé

Il y a plus d’un an, j’ai eu la chance de présenter une vitrine (extrait de spectacle) à la FrancoFête en Acadie. La FrancoFête, c’est un évènement où des producteurs, artistes et agents vendent leurs spectacles à des diffuseurs (salles de spectacle, festivals, municipalités, etc.). Il y a plusieurs évènements du genre, au Canada. La FrancoFête se tient à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Là-bas, j’y ai fait de belles rencontres. Par exemple, j’ai eu l’occasion de rencontrer une dame du Manitoba, responsable de la programmation au Centre culturel franco-manitobain. Elle a parlé avec mon agent, puis, peu après, je recevais une invitation à aller chanter à Winnipeg. C’était à l’automne 2015. Le mois de mai 2017 me paraissait alors bien loin! Or, nous y sommes, maintenant!

Le 8 mai dernier, nous devions planifier notre voyage : comment allions-nous faire voyager notre décor? Nous avons su que nous devions utiliser le service cargo de la compagnie aérienne, parce qu’un de nos emballages était trop grand. Nous ne savions pas comment cela fonctionnait. Ouf! C’était compliqué! Après deux heures à faire des appels, à mesurer et peser nos emballages, nous avons réussi à obtenir un prix et à aller de l’avant pour réserver la place pour nos précieuses illustrations géantes.

Jean-François (mon amoureux et partenaire, dans mon aventure lunatique) et moi avons bouclé nos valises le mardi 9 mai au matin. Nous devions arriver à l’avance à Dorval pour aller porter nos emballages à l’entrepôt du service cargo.

Arrivés sur place (merci, Google Maps!), nous avons fini par trouver le bâtiment. Nous nous sommes placés dans la file, mais rien n’indiquait que nous étions au bon endroit. Nous avons dû demander à quelques personnes comment cela fonctionnait, mais leurs réponses étaient minimales et floues. Notre voiture était entourée de gros camions et nous, de gens qui avaient l’air d’être des habitués de la place. Ma petite Anne-Lune mobile semblait minuscule, dans cet environnement. Et moi, je me sentais bien petite, dans mes culottes, avec mon décor de spectacle pour enfants! Hi! Hi!

J’ai vu arriver une cargaison de homards, puis de petits poussins qui faisaient « piou! piou! piou! ». C’était comique de voir tout ce qui voyage dans le ciel!

Nous avons fini par parler à un homme qui a pu nous aider. Nous avons pesé et mesuré à nouveau nos emballages, puis sécurisé le tout avec BEAUCOUP de « duck tape ». Avant de partir, j’ai demandé à JF de prendre une photo de moi avec mes emballages. « Au revoir, petits!  On se revoit à Winnipeg! » Ils ne doivent pas voir ça souvent, à l’entrepôt, des gens qui ont un tel attachement envers leurs colis!

IMG_1770

Par la suite, nous nous sommes rendus à l’aéroport pour arriver à temps pour notre vol. Nous avons stationné la voiture, attendu la navette (longtemps, pfff!), enregistré notre valise, passé la douane, dîné, marché pas mal (notre avion est arrivé à une autre porte que celle que celle qu’on nous avait indiquée), et, finalement, nous avons pu monter à bord de l’avion.

Cela prend environ deux heures et demie, sans escale, pour faire le voyage Montréal-Winnipeg. Il y a une heure de décalage avec le Québec.

IMG_5134.jpg

En arrivant, Hélène, la responsable de la salle de spectacle, est venue nous chercher. Nous sommes allés récupérer notre décor à l’entrepôt cargo, puis sommes allés préparer la scène à la salle de spectacle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mercredi matin, nous avons donné une représentation, puis nous avons pu profiter du reste de la journée pour aller visiter un peu la ville. Au menu: marche pour découvrir les principales attractions de St-Boniface, visite rapide du parc historique La Fourche (The Forks) et Musée canadien des droits de la personne de Winnipeg (c’est magnifique!). Nous avons donné un autre spectacle jeudi matin. Par la suite, nous avons repris l’avion vers la maison. Cette fois, notre décor a pris le même vol que nous jusqu’à Toronto, puis nous avons été séparés : nous avions une correspondance à prendre, alors que le décor allait faire le voyage Toronto-Montréal le lendemain matin. Nous avons dû retourner à Dorval pour le récupérer.

Quand j’étais petite, je voyais les artistes prendre l’avion et voyager avec leur musique. J’étais loin de m’imaginer qu’un jour, ce serait à mon tour de voler pour aller chanter, dans d’autres provinces de notre grand pays! Après avoir voyagé en avion en Alberta à deux reprises, puis à Matagami, à l’entrée de la Baie-James, voilà que j’ai pu visiter une ville du Manitoba. Et ce n’est pas fini! Le mois prochain, j’aurai le bonheur de me rendre à Vancouver, le temps de quelques spectacles! C’est vraiment chouette!

Je suis très fière, parce que nous travaillons très fort pour offrir des spectacles intéressants pour les enfants. Il y a trois ans et demie, nous avons mis notre petite boite de production sur pied. Depuis, nous apprenons de nouvelles choses à chaque jour. Nous avons la chance de compter sur une équipe solide et expérimentée, chez Pierre Gravel international, pour la gestion des engagements. D’ailleurs, je remercie mes collègues qui travaillent fort pour organiser ces voyages hors de notre province! Quand je pense à tout cela, je prends conscience de ma chance. Je la savoure, car je sais que c’est le rêve de bien des artistes!

Merci aussi à mes parents et à notre super gardienne Laurie qui prennent soin de nos cocos en notre absence. Sans vous, ces voyages ne seraient pas possibles!

Pour terminer, quel bonheur ce fut de vous présenter mon spectacle, amis du Manitoba! Merci pour votre accueil des plus chaleureux! J’espère avoir l’occasion d’aller vous revoir très bientôt! Je vous embrasse!

Je vous laisse avec quelques photos prises au cours de notre séjour!

Anne-Lune xx

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qu’est-ce qu’elles ont, mes mains?

L’hiver, j’ai les mains gercées. En les observant, aujourd’hui, je me suis rappelé avoir écrit ce texte, du temps que je tenais le blogue Maternit-Anne. (Eh! Ça fait quand même plus de dix ans que je blogue!) Je vous le partage ici, parce qu’il est toujours d’actualité!

IMG_4696 edited 11 fév 2010.jpg

Mes mains

La fin de semaine passée, je me suis fait demander, par une connaissance: « Oh! Mais qu’est-ce qu’elles ont, tes mains? Elles sont toutes rouges! »

J’aurais bien voulu répondre en long et en large. J’aurais voulu raconter que mes mains récurent des éviers, des bains, des douches. Qu’elles plongent dans l’eau pour frotter la vaisselle ou pour laver des visages, des petites fesses, des petits cheveux. Qu’elles font au bas mot une dizaine de brassées de lessive par semaine. Qu’elles détachent et plient des vêtements. Qu’elles accrochent des couches sur la corde. Qu’elles sortent les poubelles, le recyclage, le compost. Qu’elles paient des factures. Composent des numéros de téléphone. Qu’elles attachent des petits manteaux. Qu’elles gèlent, à l’extérieur, lorsque je dois enlever mes mitaines pour replacer un chapeau ou une mèche de cheveux qui traîne dans le visage d’un de mes enfants. Qu’elles passent sous l’eau et le savon à chaque fois que j’arrive à la maison. Chaque fois qu’un de mes enfants va au petit coin ou que je change une couche. Chaque fois que je prépare un repas. Que j’essuie un petit nez qui coule. Que je retourne à la préparation de la nourriture. Mes mains nourrissent.

J’aurais voulu répondre que mes mains battent la mesure. Qu’elles s’amusent sur les notes du piano ou les cordes de la guitare. Qu’elles immortalisent des souvenirs. Qu’elles communiquent à l’aide de gestes ou en chatouillant le clavier d’ordinateur. Mes mains, prolongement de ma pensée.

J’aurais voulu répondre que mes mains applaudissent les succès de l’un et de l’autre. Qu’elles essuient des larmes, flattent des dos, caressent des joues. Que même rugueuses, elles sont emplies de douceur.

J’aurais voulu exprimer tout cela. Mais comme je redoutais que l’on n’écoute la réponse, j’ai simplement dit: « Ben… Ce sont des mains de maman! »

(Présentes sur la photo: ma main et celle de mon plus jeune, quand il était bébé!)

Sortir de la boîte

Ce matin, j’ai vu une vidéo passer sur Facebook: Alike. C’est un court film d’animation au sujet du conformisme. En visionnant le film, j’ai pleuré. Ce sujet m’interpelle beaucoup. Quand on est jeune, on se fait vite mettre dans une boîte. Que veux-tu faire, dans la vie? Quel métier voudras-tu pratiquer? Tu veux faire un métier artistique? Oh! C’est beaucoup trop incertain, tu devrais plutôt choisir un métier stable.

Certaines personnes prennent un autre chemin que celui dont elles rêvaient et perdent leur couleur, deviennent fades, ternies. Les épaules arrondies par une routine qui ne leur convient pas, elles pratiquent un métier qui convient, sans plus.

De mon côté, je sais depuis le primaire que je veux faire de la musique mon métier. Depuis que mon frère m’a mis une guitare dans les mains, en fait. Même l’orienteur de école secondaire n’a pas réussi à me faire démordre de mon projet: je voulais aller au cégep, en musique. Elle m’a faire connaître le programme de musicothérapie, mais je l’ai vite balayé du revers de la main. C’est la scène, qui m’attirait!

J’ai eu la chance d’avoir des parents ouverts. Je me souviens très bien, quand j’ai dit à ma mère, en haut des escaliers: « Ce serait peut-être plus sage de faire un double DEC, en musique et sciences humaines… » Ce à quoi elle a répondu: « Pourquoi tu ne plonges pas seulement dans la musique? Ça fait des années que tu en parles. Fonce! » Forte de la bénédiction maternelle, je me suis inscrite en chant au cégep de Drummondville, puis au baccalauréat en interprétation jazz, à l’Université McGill. Sept ans d’études post-secondaire en musique. Quand même! 😉

À votre avis, combien d’enfants se font décourager, d’aller dans un métier artistique ou dans un métier qui les passionne, faute d’ouvertures? Combien de jeunes passent à côté de leur passion pour aller vers un emploi stable, plus payant, plus sûr?

Quand mes enfants sont entrés à la maternelle, j’ai eu un choc. Je me suis rendu compte à quel point ma vie n’entrait pas dans « le moule ». Le moule du métro-boulot-dodo. Du service de garde à tout prix. Du « on-ne-voit-ses-enfants-que-deux-heures-par-jour ».

Je me suis sentie à l’étroit. Je pleurais ma vie, en écoutant cette magnifique chanson de Charlie Winston (que je vous mets à la fin de ce billet). Pourquoi on m’imposait un système, une façon de vivre? J’ai pensé faire l’école à la maison pour garder ma liberté. Notre liberté. Or, j’ai eu peur. Peur de ne pas être à la hauteur, peur de ne pas être assez disciplinée. J’ai donc envoyé mes enfants à l’école, la mort dans l’âme.

Plus tard, j’ai essayé d’entrer dans la boîte. Après avoir été maman à la maison pendant quelques années, je me suis ramassée, au début de la trentaine, avec trois jeunes enfants, belle-maman de deux autres, et des rêves dans la tête… Je rêvais d’avoir les moyens d’avoir une plus belle et grande maison, de voyager, de leur permettre de vivre toutes sortes d’expériences incroyables. Découragée, je me suis dit que ce n’était pas avec le métier artistique que j’allais y parvenir… Je suis allée consulter un orienteur. Encore.

Après plusieurs rencontres, j’ai décidé de commencer un baccalauréat en travail social, à temps partiel, à l’UQÀM. Après quelques sessions, une longue grève est venue mettre une entrave à ma motivation (la fameuse grève de 2012). Pendant cette pause de cours, j’ai mis les bouchées doubles pour me trouver des contrats en musique et comme comédienne, puis je me suis rendu compte que j’arrivais à en vivre! Pas riche, certes, mais j’arrivais financièrement.

Quand est venu le temps de reprendre les cours, à l’automne, après plusieurs mois de grève, je n’y suis pas retournée. Terminer ma session à quatre soirs par semaine, avec ma vie de famille, c’était impossible. Puis, j’étais déterminée. J’ai toujours voulu vivre de ma passion. J’allais donc tout mettre en oeuvre pour que ça fonctionne.

À l’hiver, nous avons décidé, mon amoureux et moi, de démarrer notre projet de chansons pour enfants (à partir d’un livre-disque que nous avions créé quelques années plus tôt). Ce projet est devenu beau et grand, nous fait vivre une panoplie d’émotions et nous amène à nous dépasser continuellement.

Mes enfants ont des parents qui entrent difficilement dans le moule. Nous travaillons parfois les soirs, souvent les fins de semaine. Ils se font parfois garder plusieurs jours et nuits quand nous partons en tournée. D’autres fois, nous les amenons avec nous (je vous invite à lire cette belle aventure). Nous avons une maison modeste. Ça fait des années que nous n’avons pas voyagé en famille. Or, ils peuvent généralement venir dîner à la maison et ne fréquentent le service de garde qu’en cas d’extrême urgence. C’est le choix que nous avons fait pour avoir un équilibre.

Vous allez peut-être me dire: « Oui, mais toi, ce n’est pas pareil. Tu as du guts! » Non, je n’en ai pas plus que vous. Je suis une stressée, angoissée. J’ai plein de peurs, de craintes. Je ne suis pas toujours positive, j’ai mes hauts et mes bas. J’ai simplement pris la décision d’essayer des affaires, de prendre le contrôle sur ma vie, parce que personne ne peut le faire à ma place!

Ce matin, suite à l’écoute du film d’animation, j’ai envie de vous dire qu’avec toutes les facettes de notre personnalité, nous pouvons faire ce que nous voulons de notre vie. Soyons créatifs. Soyons ouverts. Osons sortir du moule. Soyons colorés et colorons le monde qui nous entoure. Soyons un modèle pour nos enfants: tout est possible. Soyons fous!

Come on darling
You can take my hand
Blowing kisses in the wind
We’ll fly away
In our dreams
From the boxes
They’ll put us in 

(Charlie Winston)

Les enfants ont cette capacité de s’émerveiller. Je sais que ce n’est pas toujours facile de prendre le temps pour cela, mais inspirons-nous d’eux. Faisons un détour pour admirer, découvrir un nouveau coin, un nouvel angle de notre vie rangée. Ne soyons pas des éteignoirs; soyons des phares. Soyons le feu de Bengale qui met des étoiles dans les yeux. Permettons à nos enfants de développer leurs passions et leur potentiel. Encourageons-les. Soyons à l’écoute de ce qu’ils veulent. Soyons fiers d’eux. Soyons fiers de nous.

En écrivant ces mots, je me le rappelle aussi à moi-même, car je suis comme vous: pressée, expéditive, soucieuse et paresseuse à l’occasion! J’y vais souvent par le chemin le plus court… Or, le chemin le plus long est parfois le plus riche en expériences de toutes sortes!

Alors, ce matin, je vous souffle des baisers dans le vent et vous emmène dans un rêve un peu fou. Fffffffffff!

Que feriez-vous si vous pouviez vous évader de la boîte? Qu’attendez-vous pour le faire?

Anne-Lune xxx

Se brasser les fourmis

J’ai des fourmis dans les jambes. À ma connaissance, ce n’est pas de naissance. Je ne me souviens pas d’avoir ressenti une envie incontrôlable de bouger, quand j’étais petite. Or, depuis quelques années, c’est terrible! Pourtant, ça devrait se calmer en vieillissant, non?

Pour moi, rester assise longtemps, c’est presque de la torture! Regarder un film de plus de deux heures, au cinéma, ben… j’trouve ça vraiment long! (Disons qu’il a affaire à être bon en bébitte!) Quand je suis en tournage, je m’organise pour aller marcher, sur mon heure de dîner, afin de prendre un bol d’air et changer de posture. À la maison, si j’ai à être longtemps à l’ordinateur, j’utilise un ballon d’exercice pour pouvoir grouiller pendant que j’écris. Oui, c’est un peu intense, mon affaire. Je sais.

Le pire, pour moi? Passer une journée sans faire de sport. Si je ne vais pas courir ou prendre une marche, je CAPOTE! Je passe ma journée à essayer de trouver un moment, dans mon horaire, pour inclure une petite séance de bougeotte. Parfois, c’est l’énergie qui fait défaut, en soirée (surtout quand je me lève aux petites heures pour le boulot ou le hockey des enfants).

Plus tôt, aujourd’hui, j’ai ri de moi. Je faisais ma valise pour mon voyage en Ontario (où je vais donner des spectacles) et quelle a été la première chose que j’ai mise dedans? Ben oui! Mes vêtements de course! Je me suis demandé si j’étais la seule à agir de la sorte… Suis-je normale, docteur?

Là, vous allez peut-être vous dire: « Ok, Anne-Lune, tu n’y vas pas un peu fort? » Pas du tout! Si je ne sors pas bouger, je ressens des effets physiques et psychologiques. Je deviens une vraie p’tite nature: je digère moins bien, je dors moins bien et, ma famille vous le dira, je ne suis plus du monde! Je deviens impatiente, grognonne et têtue. Eh, là, là!

Dans ces moments-là, je sais ce que je dois faire: planifier une longue sortie de course. La semaine dernière, ça m’est arrivé: deux jours de tournage, puis une journée de spectacle et de temps en famille… Je n’ai pas pu courir… Alors dimanche, je suis allée courir 21 km. Toute seule. Sans musique. Avec le simple bruit de mes pas et des idées qui brassaient dans ma tête. Je me disais que:

Bouger, ça fait du bien au corps.
Ça fait du bien à l’âme.
Ça relâche les tensions.
Ça fait sortir le stress.
Ça favorise la créativité. Si vous saviez tout ce qui se passe dans ma tête, quand je cours!
Ça me rend fière. C’est quelque chose, choisir les chaussures de sport plutôt que le divan!
Ça me permet de trouver facilement le sommeil, le soir venu.
Ça me donne envie de bien m’alimenter, pour donner du bon carburant à mon corps. (Mais je suis loin d’être parfaite! J’aime bien les petits plaisir salés et sucrés! Hi! Hi!)
Ça m’aide à être plus concentrée.
Ça me donne l’impression d’avoir un certain pouvoir sur ma santé et sur ma vie en général.
Ça me fait du bien au moral, quand je suis déprimée ou anxieuse.
Ça me donne envie de me dépasser, de relever des défis. Et quand je me dis, pendant un marathon, que ce sera mon dernier (une vraie Dominique Michel! Fini-i-i!), le lendemain, je cherche à m’inscrire à une nouvelle course.
Ça me sort de ma zone de confort. Je me sens vraiment « wild » quand je m’inscris à une course loin de chez moi!
Ça me fait rencontrer plein de gens super intéressants et inspirants qui ont la même passion pour la bougeotte que moi! Si je m’entraîne généralement seule, je les fréquente sur des groupe de course à pied, sur les réseaux sociaux, et je les vois lors des courses officielles. Je ressens un grand bonheur et un sentiment d’appartenance à chaque fois!

En 2017, je continuerai à bouger. Je ne peux pas m’en empêcher. J’aurai le bonheur de bouger avec les enfants, avec mon tout nouveau spectacle. Je vais y inclure plein de chorégraphies pour défouler encore pluuuuuuuus! Youpi!

Je me suis amusée à faire un petit montage d’extraits de clips où je danse. Rien qu’à voir, on voit ben… J’ai la bougeotte! Hi! Hi!

Tenez-vous bien, les fourmis: vous n’avez pas fini de vous faire brasser! 😉

Source dessin de souliers de course

La dame au coco tout nu : la suite!

coco-rase-foulardIl y a une semaine, je faisais mon « coming out ». J’annonçais haut et fort que je m’étais fait raser la tête, suite à une crise sévère de pelade. Si vous n’avez pas lu le début de l’histoire, je vous invite à en prendre connaissance par ici.

Une semaine plus tard, j’avais envie de vous dire comment je me sens.

Je dois vous avouer être passée par toute la gamme des émotions: triste, découragée, motivée, inquiète, apeurée, anxieuse, heureuse… Ouf! Grosse semaine!

Suite à ma sortie publique, d’abord avec mon article de blogue, puis dans les réseaux sociaux, j’ai reçu une vague d’amour incroyable. De nombreuses personnes ont pris le temps de m’offrir leur empathie, leur soutien et m’ont complimentée. Ça m’a tellement touchée! D’ailleurs, ça me touche encore. Certains messages m’ont même fait pleurer, par leur délicatesse. Je vous remercie d’avoir pris le temps de m’écrire. Ça m’a fait un bien fou. Quel boost d’énergie!

Il y aussi des gens qui m’ont partagé leurs soucis quant à leur propre perte de cheveux ou la pelade chez leur enfant. Quand on ose se révéler, on se rend compte qu’on n’est pas seul! On crée des liens. Ça fait du bien de pouvoir partager nos expériences!

Mais voici surtout ce que j’ai réalisé:

  • Être honnête envers soi-même, ça apporte la paix du coeur et de l’esprit.
  • Être transparent et montrer notre vulnérabilité, ça éloigne les commentaires négatifs. (Les zigotos-sans-filtre se taisent, parce qu’ils savent qu’ils n’ont pas de prise pour nous blesser!) Je n’ai reçu aucun message négatif. Je m’y étais pourtant préparée!
  • Plonger dans la piscine, sans cheveux, c’est vraiment bizarre! On dirait que ma tête flotte! Ha! Ha!
  • Pouvoir décider de sauter dans la piscine juste avant une sortie (sans se décoiffer), c’est super pratique, par temps chaud.
  • Courir le coco au vent, sans casquette, ça sèche au fur et à mesure et c’est hyper rafraîchissant. (À condition que le soleil ne soit pas trop fort!)
  • Parlant de soleil, il faut absolument mettre de la crème solaire sur notre tête, quand on sort. Un coco qui brûle, c’est un coco qui pèle! Oups!
  • Avoir un coco rasé, c’est vachement pratique, en moto! On ne défait pas notre coiffure en mettant le casque. Yé!
  • Oser parler, ça ouvre le dialogue: quelques personnes m’ont confié porter une perruque aussi. Eh ben!
  • Le matin, quand je pars au travail sur un plateau de tournage, c’est pratique! Je ne mets pas de temps sur mes cheveux; j’enfile ma perruque une fois sur place et hop! Je suis prête!
  • Quand je cours, j’ai l’impression d’être plus rapide. Je suis maintenant super aérodynamique! Zouuuuum! (Bon, c’est peut-être juste dans ma tête, mais le feeling est l’fun en bébitte! Hi! Hi!)
  • Avoir le « guts » de lever le voile sur une réalité, ça attire parfois l’attention des médias. J’ai deux entrevues (une à la radio et une avec un blogueur sportif), la semaine prochaine!

Voici deux anecdotes que j’ai partagées, cette semaine, sur les réseaux sociaux. On peut constater l’évolution de mon affirmation!

On m’annonce que je reste pour faire d’autres scènes. On me change de personnage: je passe de la maman qui laisse sa fille à l’école secondaire pour incarner une femme, dans un refuge pour femmes. J’ai offert au styliste de retirer ma perruque. Il capotait et il trippait sur le look que ça donnait! J’ai vraiment hésité à poser ce geste, parce que ça montrait à tout le monde que j’avais une perruque, mais là, je suis super confo et en plus, le casting marche très bien! Enweye, la mère. Tu as décidé d’assumer? Ben ASSUME! Je suis fière de moi, j’avais envie de le partager avec vous! (10 septembre 2016)

Puis, trois jours plus tard…

Comment « casser » les mauvaises langues? Arriver en coco rasé à mon tournage, placer ma perruque sur ma tête, dans la salle de figuration (devant tout le monde), ouvrir le dialogue avec les collègues qui ont des points d’interrogation dans les yeux et répondre ainsi à tous ceux qui se posent aussi des questions! Tout le monde va finir par savoir et, éventuellement, on n’en parlera plus, de mes cheveux! (13 septembre 2016)

anne-lune-2
Être différent, ça ne doit pas nous empêcher de sourire!

Au début, quand j’allais conduire mes enfants à l’école, je portais toujours mon petit bonnet en fibres de bambou. Maintenant, j’y vais la tête nue. Même chose quand je cours: au début, je courais toujours avec une casquette, puis maintenant, je laisse ma tête prendre du soleil (après tout, il ne faut pas que je passe tout l’hiver avec un coco blanc). Je me garde encore une petite gêne quand je sors dans des lieux publics, à l’intérieur: je mets donc mon bonnet pour aller faire l’épicerie, à l’aréna, au magasin, etc. Ça me gêne davantage quand les gens sont proches, mais ne me demandez pas pour quelle raison… Je ne la connais pas. Étrange. À analyser!

Ce qui me plaît, c’est que j’ose de plus en plus être moi. J’ai écrit aux directeurs de casting avec lesquels je travaille régulièrement que j’avais maintenant trois « looks » à leur proposer: tête rasée, cheveux longs et cheveux courts. L’un d’eux m’a même convoquée pour un tournage, en me suggérant la perruque à porter cette journée-là! J’étais touchée et surprise de voir son ouverture d’esprit!

Ma confiance en moi est revenue. J’ai recommencé à travailler sur mes projets. J’ai arrêté de m’apitoyer sur mon sort. La vie continue! Oui, cela aura été une crise à gérer, un bout plate à vivre. Maintenant, je regarde vers l’avant et j’avance, tout simplement. Cheveux ou pas cheveux, je continuerai de sourire à la vie!

Le jour où je suis devenue chauve

Non, je n’ai pas le cancer. Non, je ne mourrai pas. Non, je ne fais pas de chimio. Je vais bien. Je suis pétante de santé! Mais… Oui, il y a un « mais ».

Je vais bien, MAIS je fais de la pelade. Et c’est ça qui m’a forcée à prendre une grande décision : me raser le coco.

QUOI?! Anne-Lune! Tu as RASÉ TES CHEVEUX?!

Oui. Attends, je t’explique. Et si je me dévoile ainsi, en toute transparence, c’est parce que j’espère que la perte de cheveux ne soit plus un tabou et qu’on puisse plus facilement en parler. Puis, tu vas voir, l’histoire termine bien!

La pelade, quossé ça?

La pelade, c’est une maladie auto-immune. Pour faire une histoire courte, ça veut dire que mon système pense que mes cheveux sont un corps étranger et que, pour cette raison, il les rejette. Les cheveux tombent généralement par petites plaques, ici et là. Ça fait des petits ronds sans cheveux. On ne connaît pas encore l’origine ou la source de cette maladie. On sait toutefois que lorsqu’il y a quelqu’un qui fait de la pelade dans la famille, on a plus de risques d’en faire. Ce n’est pas nécessairement dû au stress non plus (même si, de mon côté, je ne suis pas la personne la plus zen en ville).

Pour les femmes, avec les cheveux longs ou mi-longs, ça se cache plutôt bien. On se sert du reste des cheveux pour cacher les trous. Jusque là, pas de quoi écrire une lettre de plainte officielle à notre système immunitaire! J’ai fait un épisode de pelade vers 5 ans, puis entre 9 et 11 ans, puis je n’ai eu aucun symptôme pendant une vingtaine d’années. J’ai toutefois recommencé à en avoir il y a environ sept ans (après la naissance de mon p’tit dernier). Depuis, c’est une lutte continuelle.

Au secours! Le feu est pris sur ma tête!

Au début de l’été, j’ai senti que je perdais davantage de cheveux. J’avais l’impression d’assister à un exercice d’évacuation de ma tête, mais sans que les cheveux reviennent faire leur boulot par la suite! Ça a été dur sur mon moral. J’en ai parlé avec ma médecin. On avait le choix de continuer le même traitement qu’avant (une lotion de cortisone à appliquer sur les plaques dénudées et un suivi chez le dermatologue) ou d’essayer autre chose.

Peu avant mon rendez-vous, une amie m’avait parlé d’une mousse de minoxidil qui fonctionnait à merveille sur sa tête. Bon, elle ne fait pas de pelade, mais à voir les bébés cheveux qu’elle avait, j’avais envie d’essayer! Ma médecin était d’accord. Je suis donc repartie de son bureau avec une prescription. Mon amie m’avait dit que ça pouvait prendre trois mois avant de faire effet.

J’ai été patiente. L’été a passé. Je perdais des cheveux. Encore des cheveux. Une poignée le matin. Une autre dans la douche. Une autre en sortant de la douche. Je laissais des cheveux partout dans la maison, même dans la nourriture que je cuisinais (au grand dam de ma famille). Je voyais mon toupet s’amincir. C’était rendu impossible de le coiffer. Puis, les plaques se sont agrandies. Si bien que, cette semaine, c’était rendu impossible de cacher les trous. J’avais l’air d’un papy qui essaie de cacher sa calvitie!

calvitie

Frapper le mur

Je me suis rendu compte que ma situation commençait à changer mes comportements. Dans les estrades, au hockey, je me plaçais tout en haut pour éviter que quelqu’un voie le dessus de ma tête. Je portais une casquette. Je n’allais plus faire faire le pipi du chien en avant de la maison, j’allais plutôt à l’arrière, pour ne pas que quelqu’un me voie la chevelure amincie. J’avais du mal à me regarder dans le miroir. Le simple fait de prendre une douche était devenu un cauchemar, car c’est en lavant mes cheveux, même tout en douceur, qu’ils tombaient par poignées… Jusqu’à remplir le petit filtre au fond de la douche. (Oui, je le vidais chaque fois, n’ayez crainte!)

J’ai tenté d’obtenir un rendez-vous avec ma dermatologue, mais c’était impossible d’avoir une consultation rapidement. Et encore là, même si cela avait été possible, le traitement n’est pas magique! Quand je vais la voir, elle me fait des injections de cortisone dans le cuir chevelu, mais ça prend des semaines avant de voir des cheveux pousser… Il me fallait donc faire quelque chose rapidement pour retrouver un peu de dignité, de fierté, d’estime de moi-même. J’avais atteint le point de rupture.

Réfléchir en courant

Lors de mes sorties de course à pied, je réfléchissais. Il faut dire qu’elles sont longues, ces sorties! Je suis en plein cœur de mon entraînement en vue du Marathon de Niagara Falls… Alors, je courais. Longtemps. Le hamster qui se trouve dans ma tête courait aussi! Qu’allais-je faire? J’ai pensé acheter une perruque naturelle, pour pouvoir continuer à travailler sans que rien paraisse. (Pour ceux qui ne le savent pas, je suis chanteuse et comédienne… C’est un métier où l’image et le casting sont extrêmement importants.) J’aurais pu faire semblant que rien n’avait changé, tricher un peu. Ça n’aurait peut-être pas guéri mon cœur fragile, mais j’aurais pu jouer la comédie, justement, et continuer ma petite vie.

Or, je ne suis pas comme ça. Je suis transparente. Je n’aime pas mentir aux autres ni à moi-même. Je me suis dit: « C’est ça. Tu prônes le bien-être, la santé physique et mentale. Tu veux lancer le message aux enfants qu’ils sont uniques, différents, et que c’est bien ainsi. Tu veux qu’ils soient bien dans leur peau, et la première chose à laquelle tu penses en voyant ta tête décimée, c’est de la cacher! La cacher pour ne pas choquer. Pour ne pas bouleverser. Pour ne pas que les gens posent de questions. Ça ne fonctionne pas, ton affaire, Anne-Lune! »

Vivre l’expérience à fond

C’est alors que j’ai décidé de me raser la tête. Je me suis dit que ce serait plus simple à gérer : moins de difficulté à appliquer la lotion, moins de cheveux qui traînent partout, moins de traumatisme à chaque douche. De toute façon, il n’y avait pas dix millions de solutions rapides.

Bon. Dans un monde idéal, j’aurais fait une collecte de fonds pour faire le Défi Têtes rasées de Leucan. Or, le monde, il n’est clairement pas idéal ces jours-ci. N’oubliez pas : il y a le feu sur ma tête. Il faut faire quelque chose!

Peut-être que vous vous demandez pourquoi j’ai pris la décision de me montrer le crâne dénudé. Je vais vous dire franchement… Au départ, c’était parce que je savais que j’allais vouloir courir et que… ben… courir avec une perruque… euh… Ça ne me tente vraiment pas! J’ai essayé de m’imaginer en train de laver ma perruque en vitesse, au retour de mes entraînements, puis de tout sécher et replacer… Misère ! C’est bien trop compliqué ! Puis, je savais qu’on finirait par voir mon crâne nu à un moment donné. Ça ne me tentait pas de stresser avec les coups de vent (il me semble de voir la perruque voler avec les feuilles mortes, lors d’une journée de grandes bourrasques automnales!), perdre ma perruque en me penchant, ainsi me faire démasquer et mourir de honte…! Aussi bien passer le bout « rough » tout de suite!

Le bout « rough », je suis en plein dedans. Mon chum m’a aidée à raser ma tête lundi. Il faut dire que c’est un habitué; il a lui même le coco tout nu! Il l’a fait avec beaucoup de tendresse et d’amour, pour que j’aille mieux. J’ai pleuré. Un crâne de pelade, ce n’est pas un beau kiwi tout doux de quelqu’un qui fait le Défi Têtes rasées. C’est marbré. C’est tout croche. C’est inégal. Exactement comme l’état de mon cœur à ce moment précis.

On a rasé le tout à la peau.

La réaction des enfants

Quand mes enfants m’ont vue sortir de la salle de bain, ils ont été vraiment surpris. J’ai vu les larmes monter aux yeux de mon plus jeune.

– Maman, je t’aimais mieux avec tes cheveux!

– Je sais, mon amour. Moi aussi, je m’aimais plus avec des cheveux. Mais là, mes cheveux ne voulaient plus rester sur ma tête. Ils étaient tous en train de tomber. C’est normal que tu trouves ça bizarre. On va s’habituer. Je n’ai pas le cancer. Je ne mourrai pas. Ça va repousser.

Partir décanter au chalet

Malgré l’expérience traumatisante, les photos avant, pendant et après le rasage, le timing était plutôt bien choisi. J’avais loué un chalet pour aller me ressourcer et écrire pendant deux jours. Je n’ai jamais fait ça auparavant. Je dois vraiment être rendue une grande fille…!

J’ai eu deux jours pour écrire (mon but: écrire de nouveaux textes pour mon prochain album pour enfants!), mais aussi pour faire la paix avec ma nouvelle image. L’image d’une fille qui a décidé de faire un pied de nez à la pelade, qui va s’amuser à trouver de jolis foulards et bijoux pour féminiser son look. Qui va devoir expliquer et se justifier, aussi.

Faire face à mes peurs

Vous avez, au bout du clavier, une fille qui a « la chienne ». (Excusez l’expression, mais c’est vraiment ça!) Une fille qui se prépare à répondre aux mille et une questions. Qui va devoir assumer sa nouvelle image et « dealer » avec le regard des autres. Une fille qui a peur de les entendre chuchoter dans son dos:

Penses-tu qu’elle a le cancer?

Ou encore…

Elle n’aurait pas dû raser ses cheveux! C’est laid, une fille rasée!

J’ai peur que mes enfants se fassent narguer, à l’école. J’ai peur qu’on m’aime moins. J’ai peur de ne plus travailler autant. (Pourtant, je compte acheter une perruque pour garder un look plus « commun », pour mes tournages et auditions.) Oui, je suis morte de peur! Mais je me dis que les gens qui ont le cancer doivent vivre avec des peurs bien plus grandes. On ne meurt pas de la pelade. Mes cheveux vont repousser! Alors qu’on peut mourir du cancer. Je suis donc des plus solidaires avec eux, je tente de trouver la force en moi pour monter aux barricades!

Attention: montée de lait!

Ce que les gens diront dans mon dos, ça leur appartient. S’ils veulent la vérité, ils viendront me poser des questions ou ils viendront me lire ici! J’ai envie que les gens sachent ce que c’est, la pelade. Oui, ça peut te désorganiser une estime de soi. Oui, ça peut conduire à la dépression. Oui, c’est dur! On DOIT en parler.

On vit tous des bouts difficiles, à un moment ou un autre de notre vie. La vie, ce n’est pas juste de beaux petits statuts Facebook «c’est-donc-beau-c’est-donc-bon-j’suis-donc-chanceux ». Cessons de jouer les autruches. On a parfois les pieds dans la merde. On se demande comment on va nettoyer tout ça. On a parfois l’impression que c’est notre vie elle-même qui participe à un exercice de feu… Comme si on était dans ce manège en forme de soucoupe volante, dans les expos agricoles, et où tout « spinne » tellement vite qu’on reste là, complètement figé, collé au mur.

Puis, on se ressaisit. On prend des décisions pour améliorer notre sort. On va chercher de l’aide. On pleure. On ose demander l’appui de nos proches. On vit l’expérience à fond pour apprendre quelque chose de tout ça. On se montre, pas nécessairement sous notre meilleur jour, mais en toute honnêteté. Pourquoi? Pour montrer aux autres que, s’ils vivent des moments plus difficiles, ils ne sont pas seuls.

Je ne suis pas «une chevelure ». Je ne suis pas une moins bonne chanteuse, comédienne, mère, blonde, femme ou amie parce que je n’ai plus de cheveux. Au contraire, je pense que mon coeur va devenir encore plus grand. Il pourra davantage accepter la différence, aimer inconditionnellement. Il pourra mieux comprendre la souffrance des autres.

Avoir les cheveux rasés m’offre aussi la possibilité de porter toutes sortes de perruques et de styles… Je suis allée voir une spécialiste à la Clinique capillaire Cartier, à St-Hyacinthe. Marie-France a été un ange! Elle m’a fait essayer plusieurs perruques avant que je puisse faire mon choix. Mon chum a pris des photos. Nous avons eu bien du plaisir! Je suis sortie de la boutique tellement de bonne humeur! Elle offre un super service après-vente, en plus. C’est rassurant.

J’ai réalisé que je peux correspondre à bien des castings, finalement! Lequel des looks préférez-vous? 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En terminant, si vous voyez une femme avec un crâne rasé, dites-lui qu’elle est belle, tout simplement. Je vous assure… Ce sont les mots les plus doux que l’on puisse entendre.

P.S. N’oubliez pas que dans quelques mois, je vais retrouver mes vrais cheveux! Tout ça est TEMPORAIRE! 😉

N.B. Vous pouvez lire la suite de ce billet par ici: La dame au coco tout nu : la suite!

Photographies : Jean-François Munger
Illustration : Anne-Lune