Sur la route des vacances avec bébé: où arrêter, le temps d’un boire?

C’est le temps des vacances. Vous prendrez planifiez peut-être un voyage avec votre progéniture. Quand on est parents de jeunes enfants et qu’on décide de voyager de longues heures, on doit développer des trucs pour rendre le tout agréable. Voici quelques suggestions pour faciliter vos déplacements en famille sur les routes du Québec.

Récemment, lors d’un voyage sur la Côte-Nord, mon acolyte Jean-François et moi sommes arrêtés dans un parc, à La Malbaie. J’ai aperçu au loin un banc de parc en bois. Je vous en parle davantage dans la vidéo suivante. C’est ce qui m’a donné l’idée d’écrire ce billet!

En effet, un banc d’allaitement à été conçu et stratégiquement installé dans ce parc. Il permet aux parents de faire boire le bébé et de changer la couche en plein air, devant un décor enchanteur.

Après quelques recherches sur le Web, j’ai réalisé que plusieurs endroits accueillaient les mères ayant besoin d’allaiter (ou de faire boire leur bébé). On trouve la liste des différentes initiatives ici.

La Route du lait

Capture d’écran, le 2019-07-15 à 07.03.41.pngIdentifiée par ce pictogramme de femme allaitant son bébé, on dit que  » La Route du lait est un projet qui a pour but la promotion et la normalisation de l’allaitement. Il permet d’offrir aux femmes une liste d’endroits, de commerces qui les accueillent le temps d’une tétée sans devoir nécessairement consommer. » Plusieurs régions se sont jointes à ce réseau et utilisent le pictogramme international de l’allaitement que vous voyez ci-contre.

Bas-Saint-Laurent

Dans le bas du fleuve, de nombreux commerces affichent leurs couleurs et invitent parents à prendre une pause « boire de bébé » chez eux! Pour consulter la carte et liste des commerces de la région Rimouski-Mitis, cliquez ici.

Charlevoix

Dans Charlevoix, on trouve le même pictogramme. Vous trouverez: « des espaces aménagés, dans les différents établissements participants, un «petit coin de lait» : une salle dédiée, une salle d’essayage, un bureau, un petit coin avec paravent, chaise et table à langer, une chambre ou toute proposition créative! C’est un endroit à l’abri des regards, avec un minimum de commodité et de quiétude pour permettre à bébé de bien boire et à maman d’être confortable, le tout sans obligation d’achat. » (La vidéo que je vous ai préparée dans l’introduction de ce billet parle justement d’un des emplacements de ce réseau.) Vous trouverez des informations sur la Route du lait de Charlevoix sur sa page Facebook

Outaouais

Initiée en 2013, la Petite route du lait de l’Outaouais permet également aux mères d’allaiter dans les lieux publics identifiés par le logo international de l’allaitement. Pour connaître les établissements participants, consultez la liste ici (ville de Gatineau) ou visitez la page Facebook.

Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Dans la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, trois réseaux associés à la Route du lait ont été instaurés. Vous trouverez la liste des lieux en cliquant sur les liens suivants:

Lanaudière

Dans Lanaudière, l’organisme Nourri-Source a réuni quelques établissements qui affichent désormais le pictogramme bleu et blanc. La liste est courte, alors si vous avez un commerce, n’hésitez pas à vous inscrire! Vous pouvez trouver la liste des lieux sur leur site Web et suivre la Route du lait de Lanaudière sur Facebook.

Estrie

À Sherbrooke, une vingtaine de commerces ont choisi de s’associer à la Route du lait afin d’assurer aux mères qu’elles auront un accueil chaleureux pour allaiter, et ce, sans obligation d’achat. Cliquez ici pour voir la liste complète.

Capture d’écran, le 2019-07-15 à 08.00.06.pngLa Route du lait de Val-Saint-François réunit une cinquantaine d’établissements. L’affiche Bienvenue aux bébés allaités de l’organisme Nourri-Source vous permettra de les reconnaître facilement.

Laurentides

Dans les Laurentides, repérez aussi le logo jaune Bienvenue aux bébés allaités de Nourri-Source. Plus de 80 commerces, établissements et organismes sont prêts à vous accueillir!

Saguenay-Lac-Saint-Jean

Capture d’écran, le 2019-07-15 à 07.08.39.pngAu Saguenay, c’est le CIUSSS, aidé d’organismes au soutien à l’allaitement, qui invite les commerces, établissements et organisations à exposer l’affichette ICI on soutient l’allaitement maternel dans les lieux publics qui accueillent les parents et les bébés allaités. Vous pouvez en savoir plus sur la Route du lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean ici. Vous y trouverez même un formulaire pour devenir un établissement participant!

Capitale-Nationale

Capture d’écran, le 2019-07-15 à 07.16.00.png

Vous passez par Québec avec vos enfants? Cherchez l’identification Certifié Famille! C’est un projet qui a été initié en 2016 par des parents des quartiers Limoilou, Saint-Sauveur et Saint-Roch. Son but? Identifier les commerces de quartier accessibles et ouverts à recevoir les familles.

Voici ce que vous trouverez chez les commerces ayant reçu l’attestation:

  • L’entrée facilitée avec l’aide du personnel (ex : tient la porte, aide à porter la poussette)
  • Toilettes accessibles aux familles sans obligation d’achat (ça, c’est pratique!)
  • Un accueil favorable pour allaiter ou donner le biberon au bébé sans obligation d’achat
  • La présence de chaise haute ou banc d’appoint dans les restaurants

Voir la carte et en savoir plus sur les commerces participants.

Mauricie et Centre-du-Québec

Créée en 2011 grâce à la contribution de l’organisme Allaitement-Soleil, le réseau d’établissement Amis des bébés allaités permet aux mères de faire boire leur bébé en toute quiétude.

Les établissements doivent respecter ces quatre critères:

  • Faire savoir aux mères qu’il y a un endroit discret et chaleureux mis à leur disposition afin qu’elles et leur bébé se sentent parfaitement à l’aise. Par exemple, une pièce réservée pour l’allaitement ou un lieu en retrait pour que l’allaitement puisse se dérouler en toute tranquillité.
  • Prévoir un endroit pour langer le bébé : une table à langer, un petit comptoir, un bureau ou une autre alternative possible.
  • Mettre à la disposition des mamans qui allaitent une chaise confortable pour faciliter l’allaitement, tel un fauteuil ou une berceuse.
  • L’implication du personnel est primordiale. Il suffit de démontrer un intérêt envers les mères en leur faisant part de la politique en vigueur pour qu’elles se sentent les bienvenues.

Pour consulter la liste des commerces participants, voyez les logos au bas de ce lien.

Montréal

Capture d’écran, le 2019-07-15 à 08.04.05.pngMontréal n’est évidemment pas en reste, côté aide aux parents de bambins! Vous trouverez sur le site de Nourri-Source Montréal une carte interactive des établissements pouvant vous accueillir, le temps d’un boire! Plus de 200 établissements font partie du réseau! Impressionnant et tellement bon à savoir!

Montérégie

Capture d’écran, le 2019-07-15 à 08.43.36.pngÀ Longueuil, on a donné la certification Iso Famille à

Consultez le dépliant pour en savoir plus.

« C’est une certification qui atteste qu’un établissement dispose de commodités qui permettent aux familles de se sentir bien accueillies avec leurs enfants âgés de 0 à 5 ans. C’est une façon de reconnaitre les efforts fournis par les commerçants ou les gestionnaires de lieux publics qui ont à cœur de faciliter les sorties des familles au quotidien. L’allaitement est pris en compte dans les critères de certification. »

Capture-d’écran-le-2019-07-16-à-07.49.38-1

Dans le Haut-Richelieu, vous pouvez suivre les indications Soutenons l’allaitement – Une tétée à ma santé! Vous trouverez une carte indiquant les endroits participants ici.

Les régions oubliées

L’Abitibi, la Côte-Nord, Chaudière-Appalaches, Laval, le Nunavik, les Terres-Cries-de-la-Baie-James et le Nord-du-Québec ne semblent malheureusement pas avoir de réseau organisé.

Finalement, quand on cherche un peu, on voit qu’il y a du soutien pour nous aider, quand on doit prendre la route avec notre bébé. Je constate que cela s’est beaucoup développé, depuis une dizaine d’années. Ce n’était pas comme ça, à l’époque où j’avais moi-même de jeunes bébés! Bien sûr, on parle beaucoup d’allaitement, car les mamans qui allaitent aiment souvent le faire dans l’intimité, mais vous pouvez aussi utiliser ces petits coins tranquilles pour donner un biberon!

Je vous souhaite de belles découvertes sur la route et surtout, de très belles vacances!

Partir sur la route pour travailler… en famille

Cette semaine, mon amoureux et moi devions partir sur la route pour aller donner des spectacles à Pohénégamook, Dégelis (Bas-St-Laurent) et Edmundston (Nouveau-Brunswick). Nous avons amené les enfants avec nous. Nous avons donc développé des trucs pour aller travailler et voyager en famille, tout en étant raisonnables côté dépenses. J’ai pensé vous partager notre expérience et nos astuces!

Aller travailler en famille? Mais… pourquoi?

11168900_593457384129324_6227094335060972649_n
Ma super remorque de tournée!

L’an dernier, mon amoureux (qui est aussi mon associé!) et moi avons fait le choix d’acheter une voiture pouvant tirer une remorque afin de voyager en famille, lors de notre tournée de spectacles. Le besoin se faisait pressant: nous avions des spectacles prévus dans des régions éloignées de la nôtre et trouver une gardienne pouvant s’occuper de nos enfants pendant plusieurs jours devenait compliqué (je dirais même que c’était un stress ÉPOUVANTABLE pour moi)! De plus, comme la période de pointe côté contrats était durant la saison estivale, nous avions du mal à trouver du temps pour prendre des vacances avec les enfants. Nous avons donc convenu d’amener les mousses avec nous. Cela allait nous permettre de profiter de l’été et de voir du pays en famille. Même pendant l’année scolaire, il nous faut parfois les amener. Eh oui, je suis une mère indigne qui fait manquer de l’école à ses enfants! Disons qu’ils vivent des expériences… différentes!

 

Tournée = camping

L’an dernier, dans notre remorque, nous traînions presque en tout temps du matériel de camping. Nous ne voyagions pas léger, mais nous avions tout sous la main! Matelas de sol, sacs de couchage, tente, poêle de camping, vaisselle, nourriture… Tout le nécessaire à notre autonomie! Par exemple, nous avons profité du fait que nous avions un spectacle à La Malbaie pour partir une journée à l’avance et aller dormir dans un camping de l’Île-aux-Coudres! Nous pouvions aussi arrêter n’importe où en route pour préparer un repas.

En novembre dernier, nous avions un spectacle à donner à Moncton, au Nouveau-Brunswick, dans le cadre de la Francofête en Acadie. Cette fois-là, comme la saison du camping était terminée, nous avons loué une maison sur AirBnB. C’était absolument fantastique! Les enfants avaient même accès à la cour pour pouvoir jouer au ballon et s’amuser, contrairement à une chambre d’hôtel. De plus, la maison étant équipée d’une cuisine, nous pouvions faire nos repas sur place. (Je sais que le principe d’AirBnB est discutable, mais quand on voyage beaucoup, je dois avouer que c’est fort pratique…)

Cette semaine, nous dormions toute la semaine dans des hôtels. À chaque endroit, nous avons fait la demande d’un lit pliant, car nous sommes cinq dans la chambre: deux adultes et trois enfants. Selon notre expérience, les hôtels chargent des frais d’environ 10$ par nuit pour le lit supplémentaire.

Nous avions aussi traîné avec nous un matelas de sol autogonflant et un sac de couchage. Pourquoi? Parce que des fois, les enfants font des crisettes pour ne pas dormir avec leur frère ou leur soeur… Alors, nous prévoyons le coup pour qu’ils puissent avoir chacun leur lit!

Les repas

Manger au restaurant à chaque repas, quand on voyage avec une famille de cinq personnes, ça coûte cher! Mon premier choix est d’avoir une chambre d’hôtel avec une cuisine. Or, c’est relativement rare et parfois, c’est vraiment trop cher. Quand nous avons le petit déjeuner inclus, avec la chambre, c’est chouette. Or, plusieurs jours de suite, ça peut devenir redondant! Notre solution? Nous réussissons à épargner en traînant un bac de vaisselle et une glacière de nourriture. Ainsi, nous avons de quoi nous faire à déjeuner le matin, dans la chambre d’hôtel, et nous avons des collations pour la journée. En mangeant dans la chambre, on peut aussi rester en pyjama! C’est plus relaxe!

Pour les autres repas, nous avons pris l’habitude de visiter d’abord les épiceries plutôt que les restaurants. Plusieurs supermarchés ont un comptoir de mets préparés qui coûtent une fraction du prix d’un repas au resto. Souvent, ils ont même un spécial du jour! On peut avoir une table d’hôte (entrée, plat principal, dessert et breuvage) pour moins de 10$ par personne. Par exemple, hier, nous sommes allés chercher un repas de poulet familial. Avec le breuvage, cela a coûté environ 22$! Ce n’est pas la grande gastronomie, on s’entend, mais ça fait le travail!

Certains hôtel ont un four à micro-ondes et un petit réfrigérateur dans la chambre. Cela permet de mettre des aliments au frais et de faire chauffer des plats. Par exemple, une soupe, une baguette de pain, des terrines et fromages ont fait un dîner tout simple et apprécié de tous!

La vaisselle

En tournée, nous apportons un bac avec les essentiels de cuisine (vaisselle en plastique durable de type « panier de pique-nique », ustensiles pratiques, dont un ouvre-boîte, une planche à découper et un couteau coupant). On peut s’équiper à peu de frais dans les magasins « à un dollar ». Nous apportons du savon à vaisselle dans une petite bouteille, un linge pour essuyer et un tampon à récurer. Eh oui, nous faisons notre vaisselle dans le lavabo de la salle de bain de la chambre d’hôtel! Ça fait un peu drôle, mais n’avez crainte. Nous rangeons le tout après chaque repas. Pas question de laisser la chambre en fouillis; ce serait un peu gênant, quand la femme de ménage vient!

FullSizeRender.jpg-2
On fait la vaisselle dans la salle de bain de la chambre d’hôtel!

Astuce pour ne pas virer fou!

Quand on voyage avec des enfants, il faut prévoir des jeux pour les occuper. De préférence, nous choisissons ceux qui ne prennent pas trop d’espace, comme des jeux de cartes (Skip Bo, Uno et Mimiq sont très appréciés de notre famille). Nous traînons aussi un ballon. Cette semaine, nous avons trouvé un terrain de basketball près de notre hôtel. Nous avons pu aller bouger en famille. Les enfants étaient ravis… même sous la pluie!

13015304_708205835987811_5840992148623427022_n
On traîne un ballon pour sortir bouger!

L’école sur la route

Si les enfants manquent des jours d’école pour nous accompagner en tournée, nous établissons des moments d’études avec eux. Par exemple, avant d’aller faire une activité, nous devons faire les leçons du jour.

L’été dernier, j’avais acheté des livres d’activités diverses en lien avec les matières scolaires. Les enfants ont beaucoup apprécié remplir des pages en voiture ou pendant que je préparais mes spectacles. (Il faut dire qu’ils aiment l’école, ça aide!)

 

Nous profitons aussi de nos voyages pour apprendre de nouvelles choses concernant la géographie, l’histoire ou la culture locale. De plus, ils nous voient nous débrouiller en respectant un certain budget: ça donne des leçons d’économie! Nous formons des petits voyageurs à l’esprit curieux et ouvert!

Autres apprentissages

Nos enfants nous donnent aussi un coup de main. Ils nous aident à sortir le matériel de la remorque et à monter le décor. L’été dernier, nous leur avions même assigné des tâches, pour éviter les chicanes et les tenir occupés. Notre fille s’occupait de la boutique (elle remplissait même ses rapports de vente et préparait le dépôt, au retour), un de nos fils s’occupait de filmer et prendre des photos, alors que le plus jeune aidait mon conjoint à brancher les fils de l’équipement de sonorisation. Ils avaient même chacun leur t-shirt de tournée, qu’ils prenaient plaisir à porter. Faire partie d’une équipe, c’est super cool!

Quand ils « travaillent » ainsi, ils apprennent à être polis, à se présenter devant des inconnus, à accomplir des petites tâches, à être patients et à avoir des responsabilités. C’est gagnant!

En conclusion

Finalement, partir en tournée en famille, c’est certainement beaucoup plus compliqué, plus demandant côté organisation et moins reposant que si je partais toute seule avec mon amoureux-partenaire. Or, si je partais plus de trois jours sans mes enfants, mon coeur de maman s’ennuierait et je passerais mon temps à regretter leur présence. Avec ce partage d’expérience, j’avais envie de vous démontrer qu’il y a des solutions, quand on désire adapter notre vie de famille à notre travail. Cela demande toutefois des efforts et des compromis. Il faut accepter de sortir du « moule », ne pas avoir peur de l’inconnu, savoir se « virer sur un dix cents » et utiliser notre « système D »! Une fois qu’on se lance, on assume notre choix et on vit avec les conséquences!

Et vous, voyagez-vous en famille? Quels sont vos trucs gagnants?