Partie de moi – documentaire

Une amie vient de partager ce documentaire au sujet de la pelade (alopécie), sur son profil Facebook. Je me devais de partager le lien à mon tour, car je sais que plusieurs personnes qui me lisent ici ont aussi cette maladie auto-immune.

« Partie de moi » aborde un sujet généralement méconnu : la chute de cheveux chez les femmes. Celles-ci perdent du coup leur confiance, trop souvent rattachée à l’apparence et à la beauté. Le documentaire s’intéresse à Karène, la femme du réalisateur, atteinte d’alopécie et qui est prête à tout faire pour retrouver sa confiance et son assurance dans la beauté qu’elle dégage, mais aussi à trois autres femmes de générations différentes, aux prises également avec cette perte : Madeleine, 17 ans, Jenny, 30 ans et Marie-Claude, 60 ans.

C’est très touchant et bouleversant d’entendre des gens parler de ce par quoi je suis passée. Je me sens parfois seule, dans ma petite bulle, à jongler avec mes humeurs, mes perruques, mes soucis capillaires…

La phrase que je retiens de ce documentaire? « Ceux qui t’aiment, t’aiment. » Voilà qui est dit!

Bonne écoute!

Cliquez ici pour visionner sur le site de Radio-Canada. (Notez qu’il est possible de mettre les sous-titres en cliquant sur la bulle, à côté de la ligne de chrono, au bas de l’écran de la vidéo, sur le site de Radio-Canada.)

(Pour les lecteurs d’outremer, l’accent qu’on entend dans le documentaire est celui de francophones du Nouveau-Brunswick. C’est joli comme tout, n’est-ce pas?)

Un « service de garde » pour les 0-102 ans

Je viens de visionner un segment de l’émission Format familial, de Télé-Québec, au sujet d’un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) qui, en plus de donner des services aux personnes âgées, héberge une petite garderie. Wow! Quelle bonne idée!

En 1993, Nancy Gaudet a eu l’idée d’implanter une garderie dans l’établissement que ses parents avaient mis sur pied dix ans plus tôt. Aujourd’hui, les soixante-neuf résidents du Manoir Soleil de Chambly côtoient quotidiennement les enfants de la garderie Aux p’tits rayons.

La garderie se trouve dans un local, au sous-sol. À cet endroit, les amis peuvent bouger, se déguiser, faire du bruit. L’éducatrice monte régulièrement dans le centre d’hébergement avec sa petite troupe pour que les enfants puissent faire des activités avec les personnes âgées. Ils apprennent très tôt ce qu’on peut faire et ne pas faire, autour des aînés. Par exemple, on leur apprend à ne pas courir et à ne pas crier, quand ils vont les visiter.

Les tout-petits, comme les personnes âgées, ont des coups de foudre amicaux et créent des liens. Dans le reportage, Madame Gaudet raconte qu’il est déjà arrivé qu’une personne âgée à laquelle les enfants s’étaient attachés décède. C’est alors une occasion pour l’éducatrice de parler de la mort avec les enfants, en toute simplicité.

Plusieurs personnes âgées aimaient les enfants, avant de se retrouver au centre d’hébergement. Même vieillissantes et malades, elle continuent de les aimer! C’est donc un grand bonheur pour les résidents de recevoir des câlins, de passer du temps avec les enfants et même de bercer les bébés. (D’ailleurs, cette partie du documentaire est très touchante! Ouf! J’ai eu les larmes aux yeux en voyant le monsieur être tout ému, alors qu’il berçait un bébé!)

Je vous invite à aller visionner le reportage. Je vous le dis, ça donne envie d’avoir de tels établissements partout! Ce doit être très stimulant, pour les enfants et les aînés.

Qu’en pensez-vous? Est-ce que vous aimeriez envoyer votre tout-petit dans une telle garderie? Pourquoi?