La roue d’inspiration

J’essaie d’en faire un rituel annuel. L’an dernier, étant comme je suis (tête en l’air), j’ai oublié de la faire. Oups! Cette année, je ne voulais pas passer à côté! Après tout, c’est le premier jour du nouvel an! Je me suis assise dans ma cuisine pour fabriquer ce que j’appelle ma « roue d’inspiration ».

Il y a quelques années, j’avais plusieurs amies blogueuses qui en faisaient une petite routine, pendant les vacances des Fêtes. Elles se réunissaient pour faire ça en groupe, tout en papotant. Elles appelaient ça « la roue de vie ». Mon amie Julie Philippon en parle ici. On découpe plein de mots et d’images qui nous inspirent et on les colle sur un carton de forme circulaire.

Au centre de ma roue, je voulais écrire mon mot-phare: le mot qui donnera un sens à mes actions pendant l’année. (Julie en parle ici et ici, puis Manon Lavoie, de façon plus élaborée, par ici.) J’ai mis du temps à le trouver. J’étais bloquée… Je me suis quand même mise à la tâche.

En découpant mon carton, j’ai vu, par la fenêtre, la lune. Elle était grosse, ronde, brillante et fière, au-dessus de la maison de mon voisin. Elle semblait me regarder et me dire: « Allez! Confiance! » J’ai chuchoté: « Confiance. » Ça allait être ÇA, mon mot-phare! Il avait vibré en moi comme un diapason! J’ai peint mon carton (inspirée par la pleine lune, sans doute!) et y ai inscrit ce mot au centre, avec l’année.

Se faire confiance pour avancer. Avoir confiance en soi. (En plus, ça touche le thème de mon nouveau spectacle!) Faire confiance à la vie. Faire confiance à ceux qu’on aime. Faire confiance à notre entourage professionnel… C’est un mot plein de sens! Je suis certaine qu’il trouvera encore d’autres significations, au cours de l’année.

IMG_0693.jpegEn me voyant bricoler, deux de mes enfants ont voulu faire leur propre roue d’inspiration. Ma fille de 10-ans-bientôt-11 et mon fils de 8 ans se sont mis à chercher dans les magazines des photos et des mots qui accrochaient leur oeil.

Je ne savais pas s’ils comprenaient le principe… J’ai finalement été très étonnée du résultat! Je trouve que ça leur ressemble vraiment!

C’est une belle activité à faire avec les cocos! Ça donne « confiance » en la nouvelle année et on peut voir les valeurs qui sont importantes pour eux. Ça en est touchant.

Maintenant, il ne nous reste qu’à accrocher nos œuvres dans nos chambres respectives pour les avoir bien en vue toute l’année! (Et comme mon fils a mis le mot « propres », sur sa roue, je vais pouvoir le lui pointer, quand il ne voudra pas prendre son bain! Ha! Ha!)

Ah! J’allais oublier… Voici, nos roues! Comme vous pouvez le constater, nous avons chacun notre style! 😉

Pst! Vous montrer cela ici, c’est un peu comme vous partager un petit coin de mon jardin secret! Je le fais bien humblement, pour que vous puissiez voir ce dont il s’agit. À vos ciseaux, prêts, partez!

53655096136__2b9f8125-8a1b-45b7-afac-78a4be714ba61.jpeg
La roue de mon garçon de 8 ans
53655099948__90351E35-9634-48E4-A1E2-FE48ED4DA01D
La roue de ma fille de 10-ans-bientôt-11
IMG_0694.jpeg
Ma roue!

Les magiciens de Noël

Dernièrement, j’ai vu passer le statut Facebook d’une chanteuse de mon réseau qui cherchait un CHSLD où elle pourrait aller chanter, le 25 décembre. J’ai trouvé ça tellement beau comme geste! C’est alors que j’ai réalisé qu’avant Noël et pendant les Fêtes, il y a plein de petits miracles qui se produisent. Ça ne fait pas les manchettes… Bien souvent, les magiciens de Noël ne se vantent pas de leurs bonnes actions. Or, en ce 24 décembre, j’ai envie de leur lever ma tuque!

christmas-2947257_1920-2Quand la maladie frappe

Une maman dans le coma, hospitalisée depuis plusieurs semaines, un conjoint impuissant débordé, à la maison, avec ses trois enfants… On peut imaginer à quel point la situation peut être dramatique. Une amie à moi a lancé un appel à son réseau, sur Facebook. Quelques jours plus tard, elle n’en revenait pas comme les gens avaient été généreux. Elle a pu, avec des complices, aller remettre un panier cadeau au père de famille.

Ce fut pour moi une expérience humaine très marquante et très touchante. Le papa, qui ne se doutait de rien, est resté très surpris, mais surtout très touché que des gens qu’il ne connaissait pas aient autant donné pour l’aider. – Annie

Vous pouvez lire son billet de blogue ici (publication du 11 décembre). J’ai trouvé ça vraiment beau de voir que la solidarité existait encore!

En effet, quand la maladie frappe, plusieurs personnes ont le réflexe de se mobiliser pour aider.

C’est aussi le cas pour une femme, membre de la famille d’une autre de mes amies, qui vient de recevoir un diagnostic de maladie chronique. C’est un choc pour elle et ses proches. Ses amies ont mis en place un réseau d’aide, avec un appel à la mobilisation lancé sur Facebook. (Voilà la preuve que les réseaux sociaux ont parfois du bon!) L’histoire ne dit pas encore de quelle façon ses proches lui donneront un coup de main ni même si elle acceptera l’aide, mais au moins, on a la preuve que ces gens ont encore le cœur à la bonne place!

Jongler pour boucler le budget

On s’en doute, la vie de mère monoparentale n’est pas facile. Une femme, sensible à la situation d’une jeune mère étudiante, a décidé de faire appel à son réseau pour lui offrir des cartes cadeau d’épicerie et des jouets, afin qu’elle puisse offrir des cadeaux à ses enfants, à Noël. Cette même personne contribue aussi à amasser des dons pour la Maison Doris, une maison venant en aide aux femmes en difficulté. Chapeau, Nancy!

decorating-christmas-tree-2999722_1920.jpgMon amie Mélanie, pour sa part, prend sous son aile une famille, à l’occasion des Fêtes. Elle achète un cadeau pour chacun des quatre enfants, puis, après avoir rencontré la famille pour la connaître un peu mieux, elle va leur faire une épicerie personnalisée. De plus, comme ils n’ont pas les moyens d’aller au restaurant, elle les sort et les amène manger dans un restaurant buffet. Ce que je trouve beau, dans tout cela, c’est que mon amie n’est pas riche; elle fait des choix. Moi, je trouve qu’elle a un cœur en or!

Quand j’ai demandé aux enfants ce qu’ils voulaient pour Noël, un des quatre m’a répondu: « Des carottes avec une tite trempette! » Ça parle beaucoup!
– Mélanie

Des grands-parents en sécurité

heart-700141_1920Un autre ami m’a raconté qu’il admire les gestes généreux de ses parents, Robert et Pierrette. En effet, ceux-ci ont décidé d’accueillir les parents de Pierrette dans leur maison. Ils ont adapté la maison et les amènent partout avec eux. Ils ont fêté le 71è anniversaire de mariage du couple, cette année!

Ce geste évite au couple vieillissant d’aller vivre dans une résidence pour personnes âgées et leur permet d’être toujours bien entouré des membres de la famille.

On oublie souvent à quel point les aidants naturels donnent sans compter, de façon quotidienne. J’avais envie de souligner cet amour inconditionnel. Vous êtes inspirants, Robert et Pierrette!

L’implication communautaire

Nathalie et Richard sont super impliqués dans leur communauté. Lui, il fait partie des Chevaliers de Colomb, et elle, elle donne un coup de main lors des activités de l’organisme, en plus de travailler pour Centraide.

Il y a de nombreux bénévoles, partout au Québec, qui donnent du temps pour les différents organismes communautaires. En plus d’apporter une aide concrète, cela tisse des liens entre les familles. C’est tellement précieux!

hand-1917895_1920.png

Merci à tous ces gens de répandre de l’amour et de la joie. Le monde a besoin de plus de gestes comme ceux-là! Pour 2018, j’ai envie de vous lancer un défi: vous impliquer davantage pour aider le sort de vos prochains! En tous cas, moi, je suis inspirée par ces belles histoires et j’ai bien envie de faire plus! Car, au risque que cela paraisse cliché, chaque petit geste compte!

Et vous, avez-vous été témoins de beaux gestes, dernièrement?

Je vous souhaite un magnifique Noël! Il n’en tient qu’à nous pour rendre cette fête… magique!

Source photo: Pixabay

Regarde ce que Balthazar et moi avons fait!

Parce que nous sommes un peu fous, nous l’avons fait!

Imagine-toi donc que, pendant notre tournée de spectacles de Noël, Balthazar le lutin et moi avons pris le temps d’enregistrer une toute nouvelle chanson de Noël!
Ça s’est passé en 10 étapes (pas nécessairement faciles):
  1. J’ai un petit refrain comique dans la tête. On dirait que je dis « Jay Atanoël » et ça me fait rire!
  2. Sur la route, en allant donner un spectacle à Québec, je partage mon petit refrain avec Jean-François Munger, mon acolyte compositeur.
  3. Jean-François me dit: « Sors le dictaphone! On compose une toune! »
  4. On trouve un rythme qui nous plaît dans la boîte à musique de JF.
  5. On compose une mélodie pour le couplet, on retravaille le refrain et on construit un pont. (Pas le pont Champlain, là! C’est une autre partie de la chanson!)
  6. La semaine suivante, on enregistre la chanson super vite. Dans le jargon, on appelle ça une « guide track ». J’ai le rhume, ça sonne comme un canard, mais on se dit que ce sera suffisant pour nous inspirer l’arrangement et les images!
  7. Le jour d’après, on annonce une belle bordée de neige. Yé! On part tourner des images durant la journée (à l’intérieur et l’extérieur). Le soir, on amène nos mousses tourner devant la magnifique maison des voisins de mon enfance. Il neige, il fait froid, mais on sait que ça va être joli! Tsé, on est dévoués! 😉
  8. La fin de semaine dernière, nous enregistrons les voix à nouveau (malgré mon rhume qui me tient toujours tête) et on enregistre nos enfants. (« Ma voix aussi! » précise Balthazar le lutin.)
  9. Je fais le montage des images et hop! Voilà!
  10. Nous te partageons le vidéoclip de cette toute nouvelle chanson de Noël! Pas mal, hein? Nous espérons que cette chanson jouera en boucle chez vous d’ici le jour tant attendu des petits et grands. Ouvre ton cœur d’enfant et clique ci-dessous pour visionner le clip! Je te souhaite, à toi et les tiens, de très joyeuses Fêtes! À très bientôt, les amis lunatiques!