Une question de différence

Quand on a une tête différente, on se fait poser des questions. Plein de questions!

Parfois, on se fait aussi inviter, dans différents médias, pour parler de notre différence.

Pendant les vacances des Fêtes, je me suis rendue à Beloeil pour rencontrer l’animatrice Marie-Ève Gaudreau, qui avait des questions à me poser au sujet de la pelade.

Si vous êtes déjà posé la question: « Anne-Lune… pourquoi des fois, tu as des cheveux, et d’autres fois, tu n’en as pas? » La réponse dans la vidéo ci-bas!

P.S. J’étais enrhumée! Excusez ma voix faible et mes petits yeux larmoyants! 😉

P.P.S. Le sujet vous intéresse?

 

Un « service de garde » pour les 0-102 ans

Je viens de visionner un segment de l’émission Format familial, de Télé-Québec, au sujet d’un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) qui, en plus de donner des services aux personnes âgées, héberge une petite garderie. Wow! Quelle bonne idée!

En 1993, Nancy Gaudet a eu l’idée d’implanter une garderie dans l’établissement que ses parents avaient mis sur pied dix ans plus tôt. Aujourd’hui, les soixante-neuf résidents du Manoir Soleil de Chambly côtoient quotidiennement les enfants de la garderie Aux p’tits rayons.

La garderie se trouve dans un local, au sous-sol. À cet endroit, les amis peuvent bouger, se déguiser, faire du bruit. L’éducatrice monte régulièrement dans le centre d’hébergement avec sa petite troupe pour que les enfants puissent faire des activités avec les personnes âgées. Ils apprennent très tôt ce qu’on peut faire et ne pas faire, autour des aînés. Par exemple, on leur apprend à ne pas courir et à ne pas crier, quand ils vont les visiter.

Les tout-petits, comme les personnes âgées, ont des coups de foudre amicaux et créent des liens. Dans le reportage, Madame Gaudet raconte qu’il est déjà arrivé qu’une personne âgée à laquelle les enfants s’étaient attachés décède. C’est alors une occasion pour l’éducatrice de parler de la mort avec les enfants, en toute simplicité.

Plusieurs personnes âgées aimaient les enfants, avant de se retrouver au centre d’hébergement. Même vieillissantes et malades, elle continuent de les aimer! C’est donc un grand bonheur pour les résidents de recevoir des câlins, de passer du temps avec les enfants et même de bercer les bébés. (D’ailleurs, cette partie du documentaire est très touchante! Ouf! J’ai eu les larmes aux yeux en voyant le monsieur être tout ému, alors qu’il berçait un bébé!)

Je vous invite à aller visionner le reportage. Je vous le dis, ça donne envie d’avoir de tels établissements partout! Ce doit être très stimulant, pour les enfants et les aînés.

Qu’en pensez-vous? Est-ce que vous aimeriez envoyer votre tout-petit dans une telle garderie? Pourquoi?

 

Qui est Anne-Lune?

D’où vient le nom Anne-Lune? D’où vient cette idée de créer un spectacle pour enfants? Vous aimeriez en savoir plus sur moi, sur mon bagage? Voilà la vidéo qu’il faut écouter! Pendant la relâche, je suis allée rencontrer Myriam Kessiby, chroniqueuse culturelle à l’émission Dans la Vallée de TVR9. Nous avons pu jaser pendant un bon moment. Ça a d’ailleurs passé beaucoup trop vite!

Pour visionner le segment, cliquez ci-dessous! Bonne écoute!

Anne-Lune xx

Anne-Lune à La Voix Junior

Faites-vous partie des centaines d’enfants ou de parents qui se sont rendus à Québec ou Montréal, cette semaine, dans le cadre des pré-auditions de la version « enfants » de la populaire émission télé La Voix? Moi, oui.

Depuis la toute première fois que nous avons vu la publicité à la télévision, mon fils de 9 ans ne parle à peu près que de cela. Quand il a su qu’il pouvait auditionner, il m’a regardée et m’a dit: « Maman! J’veux y aller! » Et moi, pour tout vous dire, j’étais un peu découragée! J’imaginais la file d’attente interminable. Le stress. L’espoir. Il faut dire aussi que les concours, je connais. Les auditions, je connais. La déception, je connais. Voulais-je vraiment que mon fils vive cela?

Ma tendre moitié et moi avons mis notre chérubin en garde. Nous lui avons expliqué à quoi il devait s’attendre. Or, il n’en démordait pas. « Maman! Il me faut une bande sonore! » « Maman! Je dois pratiquer! »

Alors, nous nous sommes mis sur le mode « encouragements ». Je lui ai même refilé quelques conseils pour améliorer sa technique vocale (comme je le faisais avec mes élèves de chant, à une certaine époque). Finalement, il nous a surpris, le petit vlimeux! Il chante juste, il se dandine juste assez… il est craquant comme tout!

Puis, hier, seule journée de la relâche où je n’avais rien au calendrier, mon fils s’est réveillé en me disant: « C’est aujourd’hui que je réalise mon rêve! » Comment pouvais-je l’en empêcher… Il avait des ailes!

Nous nous sommes préparés: des trucs pour nous occuper, un lunch, des collations (j’avais, l’impression de me préparer pour aller passer de longues heures à l’urgence de l’hôpital!), le cd de la bande sonore et nous sommes partis. Le voir marcher d’un pas sautillant dans les rues de Montréal était vraiment attendrissant. Il vivait d’espoir. Il se voyait sur la scène, devant la chaise des juges. Quand il pensait au moment où il allait enfin tenir le micro, dans la petite salle de l’Hôtel des Gouverneurs, il avait des étincelles dans les yeux! Cependant, en arrivant, notre entrain s’est quelque peu éteint: il fallait voir la file d’attente, à l’extérieur! Ouf! Nous devions nous armer de patience. Heureusement, c’est une des grandes qualités de fiston!

On pourrait croire que les gens qui amènent leurs enfants à une audition d’une telle envergure sont fêlés, carrément fous ou qu’ils projettent leur propre rêve sur leur enfant. On pourrait les juger, dire que « ça n’a pas d’bon sens! ». Oui, on pourrait. Mais… si je peux vous rassurer, les gens que j’ai croisés, hier, dans la file, étaient comme vous et moi. La majorité était là pour encourager leur enfant, parce que le désir venait vraiment de leur progéniture.

Il s’est écoulé douze heures entre le moment de notre arrivée et celui où fiston a finalement franchi la porte de la salle d’audition. Puis, comme ils ont voulu en savoir plus sur lui, nous avons dû rester encore, par la suite, pour une entrevue. Arrivés à 9h20, nous sommes sortis à 22h22, soit treize heures plus tard.

J’ai offert plusieurs fois à mon coco de partir. « Si tu préfères t’en aller, ça ne me dérange pas du tout! Je comprends que c’est long, pour toi! » Et à chaque fois, il refusait. « Je ne partirai pas d’ici sans avoir chanté, Maman. » Tiens toi, la mère! Tu as affaire à un persévérant!

Finalement, il était très fier de son audition, de sa journée. Il s’est rendu jusqu’au bout. Tel un marathonien qui franchit la ligne d’arrivée, fiston a mené au bout son expérience. Il peut en être pleinement satisfait!

Et moi, je me suis dit que le rôle d’un parent, après tout, c’est d’accompagner l’enfant dans ses rêves. De le supporter. De lui donner confiance et de l’envelopper d’amour. Ce n’est pas toujours facile! On peut avoir peur pour lui… On craint qu’il vive la déception, qu’il ait le coeur brisé, qu’il perde confiance en ses moyens… Tout cela fait pourtant partie de la vie. Je sais qu’hier, fiston a gagné en autonomie et en persévérance. Se présenter devant la juge, seul, du haut de ses 9 ans, et dans toute sa vulnérabilité, je trouve que ça vaut bien une présentation orale devant ses camarades de classe!

Le résultat m’importe peu. Tout comme mes entraînements de marathon, le processus de préparation lui-même est très payant en termes d’apprentissages. C’est une victoire sur soi-même!

Et si c’était un concours de science, un match de hockey ou un spectacle de danse, je l’aurais aussi encouragé. Parce que ça venait de lui, qu’il en rêvait et qu’il avaient envie d’aller jusqu’au bout.

À tous les enfants qui se rendront aux pré-auditions, je vous souhaite bon courage, bonne chance et… des milliers d’étincelles dans les yeux!

Et aux parents, je vous souhaite de la patience et simplement… beaucoup d’amour.

Anne-Lune xxx

Pour avoir les informations sur les pré-auditions de La Voix Junior, consultez le site Web.