Anne-Lune à La Voix Junior

Faites-vous partie des centaines d’enfants ou de parents qui se sont rendus à Québec ou Montréal, cette semaine, dans le cadre des pré-auditions de la version « enfants » de la populaire émission télé La Voix? Moi, oui.

Depuis la toute première fois que nous avons vu la publicité à la télévision, mon fils de 9 ans ne parle à peu près que de cela. Quand il a su qu’il pouvait auditionner, il m’a regardée et m’a dit: « Maman! J’veux y aller! » Et moi, pour tout vous dire, j’étais un peu découragée! J’imaginais la file d’attente interminable. Le stress. L’espoir. Il faut dire aussi que les concours, je connais. Les auditions, je connais. La déception, je connais. Voulais-je vraiment que mon fils vive cela?

Ma tendre moitié et moi avons mis notre chérubin en garde. Nous lui avons expliqué à quoi il devait s’attendre. Or, il n’en démordait pas. « Maman! Il me faut une bande sonore! » « Maman! Je dois pratiquer! »

Alors, nous nous sommes mis sur le mode « encouragements ». Je lui ai même refilé quelques conseils pour améliorer sa technique vocale (comme je le faisais avec mes élèves de chant, à une certaine époque). Finalement, il nous a surpris, le petit vlimeux! Il chante juste, il se dandine juste assez… il est craquant comme tout!

Puis, hier, seule journée de la relâche où je n’avais rien au calendrier, mon fils s’est réveillé en me disant: « C’est aujourd’hui que je réalise mon rêve! » Comment pouvais-je l’en empêcher… Il avait des ailes!

Nous nous sommes préparés: des trucs pour nous occuper, un lunch, des collations (j’avais, l’impression de me préparer pour aller passer de longues heures à l’urgence de l’hôpital!), le cd de la bande sonore et nous sommes partis. Le voir marcher d’un pas sautillant dans les rues de Montréal était vraiment attendrissant. Il vivait d’espoir. Il se voyait sur la scène, devant la chaise des juges. Quand il pensait au moment où il allait enfin tenir le micro, dans la petite salle de l’Hôtel des Gouverneurs, il avait des étincelles dans les yeux! Cependant, en arrivant, notre entrain s’est quelque peu éteint: il fallait voir la file d’attente, à l’extérieur! Ouf! Nous devions nous armer de patience. Heureusement, c’est une des grandes qualités de fiston!

On pourrait croire que les gens qui amènent leurs enfants à une audition d’une telle envergure sont fêlés, carrément fous ou qu’ils projettent leur propre rêve sur leur enfant. On pourrait les juger, dire que « ça n’a pas d’bon sens! ». Oui, on pourrait. Mais… si je peux vous rassurer, les gens que j’ai croisés, hier, dans la file, étaient comme vous et moi. La majorité était là pour encourager leur enfant, parce que le désir venait vraiment de leur progéniture.

Il s’est écoulé douze heures entre le moment de notre arrivée et celui où fiston a finalement franchi la porte de la salle d’audition. Puis, comme ils ont voulu en savoir plus sur lui, nous avons dû rester encore, par la suite, pour une entrevue. Arrivés à 9h20, nous sommes sortis à 22h22, soit treize heures plus tard.

J’ai offert plusieurs fois à mon coco de partir. « Si tu préfères t’en aller, ça ne me dérange pas du tout! Je comprends que c’est long, pour toi! » Et à chaque fois, il refusait. « Je ne partirai pas d’ici sans avoir chanté, Maman. » Tiens toi, la mère! Tu as affaire à un persévérant!

Finalement, il était très fier de son audition, de sa journée. Il s’est rendu jusqu’au bout. Tel un marathonien qui franchit la ligne d’arrivée, fiston a mené au bout son expérience. Il peut en être pleinement satisfait!

Et moi, je me suis dit que le rôle d’un parent, après tout, c’est d’accompagner l’enfant dans ses rêves. De le supporter. De lui donner confiance et de l’envelopper d’amour. Ce n’est pas toujours facile! On peut avoir peur pour lui… On craint qu’il vive la déception, qu’il ait le coeur brisé, qu’il perde confiance en ses moyens… Tout cela fait pourtant partie de la vie. Je sais qu’hier, fiston a gagné en autonomie et en persévérance. Se présenter devant la juge, seul, du haut de ses 9 ans, et dans toute sa vulnérabilité, je trouve que ça vaut bien une présentation orale devant ses camarades de classe!

Le résultat m’importe peu. Tout comme mes entraînements de marathon, le processus de préparation lui-même est très payant en termes d’apprentissages. C’est une victoire sur soi-même!

Et si c’était un concours de science, un match de hockey ou un spectacle de danse, je l’aurais aussi encouragé. Parce que ça venait de lui, qu’il en rêvait et qu’il avaient envie d’aller jusqu’au bout.

À tous les enfants qui se rendront aux pré-auditions, je vous souhaite bon courage, bonne chance et… des milliers d’étincelles dans les yeux!

Et aux parents, je vous souhaite de la patience et simplement… beaucoup d’amour.

Anne-Lune xxx

Pour avoir les informations sur les pré-auditions de La Voix Junior, consultez le site Web.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s